Le Salé·L'ailleurs·Convivial

Poulet Mafé

Je me verrais bien me déhancher au son des tambourins, marcher pieds-nus dans le sable rouge, je me verrais bien parcourir l’Afrique, de Nairobi à Ouagadougou… je me laisserais bien ensorceler par ses paysages brûlants , où j’écouterais chanter une foule d’enfants, des grands et des petits, sous le ciel orangé, et sentir les odeurs, et goûter tous les fruits… j’ai comme des rêves d’Afrique, et le rêve c’est le début du voyage… en attendant, je m’évade en cuisine et je vous emmène avec moi, pour déguster un bon poulet mafé, simple et bon, savoureux, généreux et plein des couleurs de l’Afrique.

LA RECETTE

Pour 4 personnes

  • 4 pilons et contre-pilons de poulet
  • 2 oignons
  • 3 gousses d’ail
  • 10 g de gingembre
  • 1 cac de curcuma en poudre
  • 100g de purée de cacahuètes (ou de beurre de cacahuètes)
  • 2 càS de concentré de tomate
  • 1 cac de sucre
  • 50 cl d’eau tiède
  • 3-4 pommes de terre
  • 2 patates douces
  • 50 cl de bouillon de volaille
  • de l’huile (arachide de préférence)
  • Sel et poivre du moulin
  • quelques brin de coriandre

Faites chauffer l’huile dans une grande cocotte. Faites dorer les morceaux de poulet, salez, poivrez, et réservez.

Au hachoir de préférence, réduisez les oignons, l’ail et le gingembre en purée. Faites fondre ce mélange dans la cocotte avec le curcuma. Ajoutez le poulet et le bouillon de volaille.

Mélangez le concentré de tomate et la purée de cacahuètes dans l’eau tiède et mélangez pour bien dissoudre l’ensemble. Versez ce liquide dans la cocotte, ajoutez le sucre, couvrez et faites cuire doucement 45 minutes.

Au bout de 15 minutes de cuisson, ajoutez les pommes de terre et patates douces coupées en morceaux.

A la fin de la cuisson, réservez le poulet et les légumes au chaud et faites réduire la sauce pour la faire épaissir. Lorsqu’elle est bien nappante, versez sur le poulet, ajoutez la coriandre ciselée et servez avec du riz.

Publicités
Convivial·Le Salé

Terrine de campagne

Le temps passe et le printemps approche, à petits pas, encore timide, plein de promesses des plaisirs de la vie: les repas en famille, les pique-niques entre amis, les déjeuners sur l’herbe, les ballades gourmandes… pourvu que le soleil brille et que l’on soit ensemble.

Alors pour l’occasion, il nous faut une recette qui sent bon la convivialité, qui se déguste sans chichis, ici ou là-bas, autour d’un buffet improvisé, d’un apéro-dînatoire, ou de n’importe quel prétexte à la gourmandise, pourvue qu’elle soit partagée.

Terrine de campagne

LA RECETTE:

  • 500 g d’échine de porc
  • 250 g de poitrine fraîche de porc
  • 250 g de foies de volaille
  • 2 gousses d’ail
  • 1 échalote
  • 1 oeuf
  • 1 càc de sucre blond
  • 1 càc de poivre concassé (mignonnette)
  • 10 g de sel
  • 2 càS de porto
  • de la crépine
  • du laurier
  • du romarin frais

Commencez par faire tremper la crépine dans un grand volume d’eau bien fraîche pendant au moins 1 heure. Essorez-la entre vos mains et séchez-la soigneusement.

Passez l’échine et la poitrine coupées en gros morceaux au hachoir à viande.

Coupez les foies de volaille en petits morceaux et ajoutez au hachis de viande.

Ajoutez le reste des ingrédients: l’échalote et l’ail hachés, le sel, le sucre, le poivre concassé, le porto et l’oeuf. Mélangez bien l’ensemble.

Préchauffez le four à 160°C, avec un plat rempli d’eau à mi-hauteur pour le bain-marie.

Chemisez une grande terrine avec la crépine, versez la préparation, tassez bien le tout pour chasser l’air, déposez sur le dessus une ou deux feuilles de laurier et une belle branche de romarin.

Refermez bien l’ensemble avec la crépine que vous rentrerez dans les bords.

Tassez à nouveau, et enfournez pour 1h30.

Laissez refroidir, couvrez et mettez la terrine au frais pour 24h  au moins.

Et dégustez enfin, en famille, entre amis, avec un bon pain de campagne grillé, des cornichons bien croquants et une petite compotée d’oignons, c’est extra…