L'ailleurs·Le Sucré

Baci di dama au Gianduja

IMG_6659

Après les pâtes fraîches que je vous ai proposées il y a quelques jours, j’ai eu envie de rester en Italie mais avec une petite recette sucrée cette fois. Comme j’avais déjà publié un tiramisu aux fruits de la passion et une panna cotta au lait d’amande, il me fallait innover un peu. Ce qui a décidé mon choix en réalité, c’est que mon homme a rapporté de Turin de délicieux chocolats et de la pâte à tartiner Gianduja, spécialité de la région du Piémont. Composée exclusivement de noisettes du Piémont, de sucre, et de chocolat, cette pâte à tartiner n’a pas fait un pli et je me suis mis en tête de la réaliser à la maison.

IMG_6682

Je ne saurais que vous conseiller de la tartiner généreusement sur vos tartines grillées du matin ou votre brioche préférée…(Elle remplacera à merveille le Nutella, d’autant plus qu’elle ne contient aucune matière grasse ajoutée!)  Ou de laisser libre-cours à votre imagination pour l’intégrer dans une création personnelle! Pour ma part, j’ai choisi de l’utiliser pour garnir ces gourmands « baisers de dame »- baci di dama- dont le nom, à lui seul, laisse rêveur (serait-ce une référence au bonheur que procurent ces merveilleux biscuits???)! Ces petites coques bien croquantes à l’amande ou à la noisette (incapable de choisir, j’ai donc mis les 2…) et garnies de chocolat sont aussi une spécialité du Piémont, ce qui tombe à pic, non?

Avant de vous lancer, assurez-vous que votre robot n’est pas un vieillard clafi d’arthrite car il risque de rendre l’âme lors de la réalisation du Gianduja. Ménagez-le, accordez-lui quelques pauses, parce qu’il va être mis à rude épreuve!

La recette:

Le Gianduja:

  • 150 g de noisettes décortiquées
  • 150 g de sucre glace
  • 125 g de chocolat au lait + 25 g de chocolat noir

Préchauffez le four à 150°C. Mettez les noisettes sur une plaque, et faites-les torréfier dans le four pendant 30 minutes.

Frottez-les les unes contre les autres dans un torchon pour les débarrasser de leur peau.

Mixez-les ensuite avec le sucre glace dans le bol du robot. Cette étape peut prendre un peu de temps car le robot peine un peu, mais vous devez obtenir une pâte lisse et homogène, proche d’une pâte à tartiner. Les noisettes finissent par rendre leur « huile » ce qui va permettre d’obtenir une consistance un peu plus épaisse qu’une pâte à tartiner (à la maison, tout y est passé: le robot, le  mixer, le blender…). N’hésitez pas à procéder en 2 étapes, en divisant la pâte en deux, votre robot-mixer-blender vous en sera reconnaissant…

Faites fondre le chocolat au bain-marie, et ajoutez-le à la pâte de noisettes. Vous pouvez passer l’ensemble au tamis fin pour une pâte encore plus lisse.

Si vous choisissez de la déguster comme une pâte à tartiner, conservez -la à température ambiante et consommer-là rapidement (c’est assez facile, ça!).

Les baci di dama:

Pour 15 pièces environ, soit 30 biscuits:

  • 100 g de farine
  • 50 g de poudre d’amandes
  • 50 g de poudre de noisettes
  • 100 g de sucre
  • 100 g de beurre mou en parcelles

IMG_6641

Rassemblez tous les ingrédients secs dans un saladier et mélangez. Puis ajoutez le beurre et malaxez à la main, jusqu’à obtenir une pâte homogène. Fraisez un peu la pâte avec la paume de la main, pour bien incorporer le beurre.

Formez une boule, enrobez-la de film alimentaire, et réservez au frais pendant 1 heure.

Préchauffez le four à 160°C. Prélevez des petits morceaux de pâte de poids égal (12 g pour moi) et façonnez des petites boules bien rondes entre vos mains. Déposez-les sur une plaque recouverte de papier sulfurisé en les espaçant bien, et faites cuire pendant 20 minutes. Laissez refroidir les coques sur une grille.

Il ne reste plus qu’à garnir la moitié des biscuits de Gianguja et à les recouvrir d’un second biscuit.

Vous pouvez les accompagner d’un bon « caffè ristretto », et vous serez presque en Italie!

Publicités
Le Sucré

Biscuits comme des Granola®

IMG_6420

Il y a des choses comme ça qui sont de vrais pièges à gourmandise, et on a beau prendre tout plein de bonnes dispositions intérieures avant de s’y aventurer, rien n’y fait!

– « Je jure que je ne tomberai pas dans le panneau, j’en mange 1 ou 2, pas plus! »

– « Marie-Thérèse, ne jurez pas! »

C’est tellement vrai que je préfère parfois m’interdire carrément de toucher à un TUC®, à une rondelle de saucisson, à une cacahuète ou… à un Granola®… Et je crois pouvoir dire, sans prendre trop de risques, que ça vous rappelle forcément quelque chose…

Alors après avoir boycotté le rayon biscuit de mon supermarché préféré, après avoir résisté aux cric-croc d’impitoyables enfants, après avoir rêvé que je retapissais la chambre avec du papier peint Granola, j’ai compris que je frôlais le burn-out et qu’il fallait lâcher prise, succomber à l’instant présent, et être acteur de sa vie… gourmande!

On a évité le pire, et les travaux dans la chambre sont momentanément ajournés… Mais pour combien de temps?

Ne pariez jamais que vous n’en mangerez qu’un!

La recette:

  • 100 g de farine de blé
  • 60 g de farine de blé complète
  • 20 g de son de blé
  • 1 càc de bicarbonate de soude
  • 1 pincée de sel
  • 80 g de beurre mou
  • 50 g de sucre roux
  • 1 gros oeuf
  • 100 de chocolat au lait ou noir selon les goûts
  • 3 càs de crème légère liquide
  • 10 g de beurre

Dans un saladier, mélangez les farines, le son de blé, le bicarbonate, et le sel.

Fouettez le beurre ramolli et le sucre, puis ajoutez l’oeuf et mélangez. Puis ajoutez les éléments secs, et remuez jusqu’à obtenir une pâte homogène.

Formez une boule, couvrez de film alimentaire et entreposez au frais pendant 2 heures.

Préchauffez le four à 180 °C.

Farinez le plan de travail et le rouleau à pâtisserie. Etalez la pâte sur 0,5 cm d’épaisseur et formez vos biscuits à l’emporte-pièce.

Enfournez sur une plaque recouverte de papier sulfurisé pour 15 minutes et laissez refroidir sur une grille.

Faites fondre le chocolat à feu doux avec la crème liquide en remuant, et ajoutez le beurre lorsque le chocolat est totalement fondu. Nappez les biscuits avec le dos d’une petite cuillère, puis mettez-les au frais pour 15 à 20 minutes avant de les dévorer.

Le Sucré

Croquants aux amandes

IMG_6349

J’aime la cuisine baroudeuse, qui pose ses couteaux au gré de ses escales, assaisonnée à la sauce locale, la cuisine multilingue et pluri-culturelle et qui sent bon l’ailleurs. Mais les voyages ont toujours une fin. Un retour au bercail nécessaire à tout nouveau départ. Et ce retour aux sources a quelque chose de doux et de réconfortant. Alors aujourd’hui, je pose mes valises et c’est à notre belle Provence que je rends hommage, parce qu’elle est chère à mon coeur, et qu’elle regorge de trésors. Ces petits croquants en sont une l’évocation même…

Mais aussi régionaux soient-ils, je jubile à l’idée qu’ils vont faire un long voyage entre terre et mer, bien rangés dans leur boîte métallique, avant d’être croqués sur l’Île de Beauté par des personnes formidables…

Pour une fois, je ne vais pas chercher la recette ailleurs, mais je l’envoie quelque part! Et finalement, c’est peut-être encore meilleur!

La recette:

Pour une vingtaine de croquants

  • 300 g de farine
  • 150 g de sucre en poudre
  • 125 g d’amandes entières
  • 2 gros oeufs
  • 2 càs d’eau de fleur d’oranger
  • 4-5 gouttes d’extrait d’amande amère

Battez les oeufs et le sucre. Ajoutez l’extrait d’amande amère et la fleur d’oranger.

Puis ajoutez la farine et les amandes entières, et remuez bien pour obtenir une pâte souple et pas trop collante (ajustez la quantité de farine au besoin).

Préchauffez le four à 180°C.

Farinez le plan de travail et formez un boudin de 35 cm de long environ. Déposez-le sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, et badigeonnez le dessus d’un peu de lait, et enfournez pour 40 min environ.

Eteignez le four, coupez des tranches de 2 cm d’épaisseur et remettez-les dans le four éteint, sur une grille, jusqu’à complet refroidissement.

 

 

Le Sucré·Le Végétarien

Biscuits au son d’avoine

IMG_5392

Le petit déjeuner est un repas que j’aime particulièrement, et du coup j’éprouve un malin plaisir à me creuser les méninges pour essayer de varier le plus possible… Le réveil est moins difficile quand on sait que dans la cuisine, bagels, scones, pain frais, ou muffins sont prêts à être dévorés. Au menu du matin, des petits biscuits riches en fibres mais pauvre en graisses, pour bien commencer la journée. J’avais déjà réalisé cette recette, mais je l’ai légèrement modifiée, en supprimant le beurre que j’ai remplacé par de l’huile de noisette. C’est un régal: les biscuits sont croustillants, pas trop sucrés et plein de saveur!

La recette:

Pour une dizaine de biscuits:

  • 50 g de son d’avoine
  • 100 g de farine à levure incorporée
  • 50 g de farine de châtaigne
  • 50 g de sucre blond
  • 5 cl de lait
  • 2 càs d’huile de noisette

Dans un saladier, mélangez les farines, le son et le sucre. Puis ajoutez, le lait et l’huile de noisette. Mélangez à la main et formez une boule.

Mettre la pâte au frais pendant 1/2 heure.

Préchauffer le four à 180°C.

Etalez la pâte sur 1 cm d’épaisseur, et  taillez des ronds à l’aide d’un emporte-pièce ou d’un verre.

Rassemblez les chutes de pâte et recommencez jusqu’à épuisement.

Enfournez les biscuits pour 20 minutes environ, et laissez-les refroidir sur une grille.

Comme ils se conservent très bien dans une boîte hermétique, je ne peux que vous conseiller d’en faire un peu plus, parce que, chez moi, ils ne font jamais long feu!