Salade de papaye verte

9 Août

Je me suis absentée quelques temps, en quête de nouveaux horizons et de nouvelles recettes du monde. Car la cuisine est un voyage aux escales infinies, aux saveurs innombrables,  dont on ne fera jamais le tour. Une envie d’Asie? Un beau morceau de galanga, quelques feuilles de lime kaffir, et un torrent de lait de coco vous transporte des confins du Triangle d’Or aux rives mythiques du grand Mékong. La cuisine est un mélange d’odeurs et de souvenirs, de découvertes et de surprises, un concentré de cultures et de traditions, du coin de la rue et du bout du monde, et c’est pour ça que c’est si bon…

Aujourd’hui, point de curry, juste du frais, du léger, du croquant et un décollage immédiat pour la Thaïlande, le Laos, le Cambodge, ou le Vietnam, à vous de décider…

La recette: (pour 2 à 3 personnes)

– 1 papaye verte (à ne pas confondre avec la papaye sucrée. La papaye verte ressemble davantage à un gros concombre, vous la trouverez dans les épiceries asiatiques)

– 2 carottes

-3 càs de nuoc mam

-3 càs de jus de citron vert

-3 càs de sucre en poudre

-1 à 2 gousses d’ail selon la taille

-1 piment oiseau

– 1 grosse poignée de cacahuètes pilées

-de la coriandre fraîche (facultatif)

 

Dans un bol, rassemblez le nuoc mam, le jus de citron vert et le sucre.

Quand le sucre est dissout, ajoutez dans la sauce, l’ail haché finement et le piment émincé, après en avoir retiré les graines.

Epluchez la papaye verte et les carottes, et coupez-les avec une râpe à julienne.

Assaisonnez avec la sauce, mélangez bien, et réservez au frais 30 minutes au moins.

Au moment de servir, ajoutez un peu de coriandre fraîche si vous aimez ça, et quelques cacahuètes concassées,dans un sac congélation par exemple, c’est très pratique… Pour les plus gourmands, on peut rajouter quelques crevettes roses.

Voilà une salade croquante, très légère pour un allez-retour express en Asie du sud-est. Bon voyage et bon appétit.

Crumble de topinambours aux noisettes et au chèvre

26 Fév

IMG_0110

Pauvre topinambour. Il n’a pas la vie facile, vous savez. Il souffre de mauvaise réputation alors qu’il n’est pas sans valeurs… Il a nourrit la France pendant la Grande Guerre mais du même coup nos anciens ne veulent plus entendre parler de lui… Il n’a pas belle allure, c’est vrai, mais sous sa peau caleuse se cache une chair au parfum subtil d’artichaut. Il est accusé de ne pas être très digeste et il faut bien avouer que de ce point de vue là, même le meilleur des avocats aurait bien du mal à défendre son client! Mais à l’impossible nul n’est tenu: blanchit avec du bicarbonate et consommer rapidement après la cueillette, il ne vous « gonflera » pas. Et puis il est riche: en fer et en fibres, mais pauvre en calories. Et il a bon caractère, il se laisse faire de mille et une manières: sauté, en velouté, en purée, en salade…Et même en crumble! Ne dites rien aux mauvaises langues: cachez-le sous une belle croûte bien dorée, et tout le monde va l’adorer. Alors, elle est pas top cette petite racine?

La recette:

  • 500 g de topinambours
  • 30 g de farine complète
  • 20 g de farine de châtaigne
  • 50 g de noisettes décortiquées
  • 20 g de graines de lin brun
  • 2 càS de chapelure fine
  • 50 g de beurre
  • 1 + 1 càS d’huile de noisette
  • 50 g de bûche de chèvre cendré
  • sel et poivre du moulin

Brossez les topinambours sous l’eau claire. Mettez-les dans une grande marmite, couvrez d’eau froide additionnée d’une cuillère à café de bicarbonate de soude et portez à ébullition. Lorsque l’eau bout, égouttez, jetez l’eau et remettez de l’eau neuve à bouillir dans la marmite, toujours additionnée de bicarbonate. Ajoutez les topinambours lorsque l’eau bout et laisser cuire 15-20 minutes selon la taille ( les topinambours doivent rester légèrement fermes sous la pointe du couteau).

Pendant ce temps, préparez la pâte à crumble. Préchauffez le four à 180°C. Mixez grossièrement les noisettes au hachoir de manière à garder de petits morceaux de noisettes. Mélangez aux autres éléments secs: les farines, la chapelure, les graines de lin et le sel. Puis ajoutez le beurre en parcelles et 1 càS d’huile de noisette, et mélangez du bout des doigts.

Pelez et coupez les topinambours en morceaux. Assaisonnez-les avec du sel du poivre et 1 càS d’huile de noisette et déposez-les dans un plat beurré. Parsemez de petits morceaux de chèvre, et répartissez la pâte à crumble. Enfournez pour 30 minutes.

 IMG_0112

Oreillettes

19 Fév

IMG_0055

 

Chuuut… Ecoutez… Entendez-vous le bruit des vagues, les mouettes rieuses qui voudraient bien couvrir le chant incessant des cigales? Percevez-vous la douceur du vent marin qui rafraîchit votre peau chauffée par le soleil brûlant? Sentez-vous l’odeur des pins et de l’iode qui se mélangent? Non? Prenez donc une de ces douceurs pour un voyage dans le midi… On dirait qu’elles ont été dorées au soleil, si croustillantes, si fines, délicatement parfumées au citron et à la fleur d’oranger… Voyez-vous ces petites bulles à la surface de leur « peau »? Il y a dans chacune d’entre elles un souvenir d’enfance, un parfum d’insouciance, un bonheur infini… Elles sont pour moi ce que les madeleines sont à Proust, elles chahutent ma mémoire et font jaillir de délicieux flashback de petite fille dont je m’abstiendrai de vous rebattre les oreilles.

Mais si vous ne l’entendez pas de cette oreille, goûtez-les vite, elles raconteront une belle histoire à vos papilles, j’en suis sûre. Et si d’aventure, on vous raconte que ces choses-là ne se mangent qu’à Mardi Gras, n’en croyez rien: ventre affamé n’a point d’oreilles…il préfère les oreillettes!

La recette:

  • 275 g de farine
  • 50 g de sucre en poudre
  • 1/2 càc de bicarbonate de soude
  • 2 càS de fleur d’oranger
  • 1 càS de rhum
  • 2 oeufs
  • le zeste d’un citron
  • 50 g de beurre fondu
  • de l’huile de friture
  • sucre semoule ou sucre glace selon les goûts

Dans un saladier, mélangez la farine, le bicarbonate et le sucre. Puis ajoutez les éléments liquides, les oeufs et le zeste de citron, et amalgamez l’ensemble avec une spatule en bois. Ajoutez enfin le beurre fondu et pétrissez à la main pendant 5 bonnes minutes. Ajoutez un peu d’eau si la pâte vous semble sèche, ou un peu de farine si elle est collante. Vous devez obtenir une pâte souple et non collante. Formez une boule et laissez-la reposer dans un saladier recouvert de film alimentaire pendant 2 heures au moins.

Faites chauffer l’huile. Si vous avez un laminoir, c’est le moment de vous en servir. Sinon, le rouleau à pâtisserie fera l’affaire. Prélevez des morceaux de pâte, et passez-les au laminoir, du cran 1 au cran 7. Les bandes de pâtes doivent être très très fines. Coupez ces bandes en rectangles par exemple, et faites les cuire dans l’huile chaude, 4-5 morceaux à la fois, selon la taille. Dès que les bords commencent à dorer, retournez les oreillettes, et poursuivez la cuisson pendant 1 à 2 minutes. Egouttez sur du papier absorbant, et sucrez des 2 côtés.

IMG_0074

Cake parfumé à la banane

6 Fév

FullSizeRender (2)

Bonjour à tous chers Eatinerrants😉

Je reviens vers vous après de longs mois d’absence, mais que voulez-vous, la vie est ainsi faite: de priorités, de contrariétés, de projets reportés, de joies inopinées… de tout plein de choses que l’on ne maîtrise pas toujours et c’est tant mieux. Et même s’il faut aussi savoir se faire oublier de temps en temps, je reprends du flambeau, et je vous le dis sans ambages, vous m’avez manqué!

Mais revenons à nos bananes. J’en ai encore croisé deux qui se morfondaient dans la corbeille à fruits, deux pauvrettes meurtries par le temps qui passe, parce que vous le savez comme moi, les enfants n’aiment pas les vieilles…bananes! Et je ne sais pas par quel phénomène, ils trouvent toujours le moyen d’en abandonner deux, parfois trois même… C’est tellement cruel! A moins que ce ne soit la mère de famille qui voit toujours un peu large pour… pouvoir faire un cake?? Non… Vous voyez le mal partout…

Ce cake-là, il est pas mal du tout:

De 1, parce qu’il est bien moelleux.

De 2, parce qu’il est bien parfumé.

De 3, parce qu’il ne contient ni oeufs, ni lait, pour ceux que ça intéresse.

De 4, parce qu’il est sans matières grasses ajoutées, en dehors du lait de coco.

De 5, parce qu’il permet de sauver les bananes en voie de disparition.

De 6, parce qu’il est super simple et rapide à préparer.

De 7, c’est déjà pas mal non…?

La recette:

  • 20 cl de lait de coco
  • 150 g de sucre complet
  • 1/2 càc de cannelle de Ceylan
  • 1/2 càc de muscade
  • 1/2 càc de gingembre en poudre
  • 1/2 càc de cardamome en poudre
  • 1/2 càc de girofle en poudre
  • 25 g de son d’avoine (facultatif)
  • 25 g de noix de coco râpée
  • 1 càS de graines de lin (facultatif)
  • 200 g de farine à levure incorporée
  • 2 bananes très grossièrement écrasées

Préchauffez le four à 180°C.

Mélangez les ingrédients dans l’ordre de la recette: le lait de coco, le sucre, les épices et mélangez; puis ajoutez le son d’avoine, la noix de coco râpée, les graines de lin et mélangez. Incorporez la farine, mélangez, et enfin les bananes et…mélangez.

Beurrez généreusement un moule à cake, versez la préparation et enfournez pour 45 minutes environ. Vérifiez la cuisson avec la pointe d’un couteau. Laissez refroidir avant de vous régaler.

NB: le son d’avoine est facultatif mais il est riche en fibres et j’ai tendance à en mettre un peu partout. Les graines de lin ne sont pas obligatoires non plus, mais elles sont pleines d’oméga 3, et apportent un peu de croquant. Vous pouvez tout aussi bien utiliser de la farine classique et ajouter 1 càS de levure chimique.

FullSizeRender (3)

Bagels Little Italy

26 Mai

 

IMG_0793

C’est assez rare que je participe à des concours, mais lorsque j’ai vu que le magazine « Saveurs » organisait un concours sur le thème du bagel, je n’ai pas hésité un seul instant.Parce qu’il est généreux,  le bagel, et qu’il se prête à toutes nos envies… Aujourd’hui, je vous propose cette version italienne, hautes en couleurs et qui sent bon l’été.  Alors si le coeur vous en dit, vous pouvez soutenir ma participation en cliquant sur « j’aime » ici.

La recette (pour 4 personnes):

  • 4 bagels (ma recette est ici)
  • 1 belle courgette
  • 1 poivron rouge
  • 1 à 2 tomates ananas selon la grosseur
  • 2 boules de mozzarella
  • 12 fines tranches de speck
  • 2 gousse d’ail
  • quelques feuilles de basilic
  • 2 poignées de  mélange de jeunes pousse (roquette, mâche, épinard etc…)
  • huile d’olive, sel et poivre du moulin

Préparez vos bagels.

Détaillez la courgette en lamelles de 0,5 cm d’épaisseur et faites-les dorer dans un peu d’huile d’olive. Réservez sur du papier absorbant puis salez et poivrez.

Faites chauffer le four à 200°C et enfournez le poivron entier sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Laissez cuire pendant 30 minutes environ en retournant le poivron à mi-cuisson. Il doit être bien grillé. A la sortie du four, enveloppez-le dans du papier journal ou un sac plastique le temps qu’il refroidisse, puis retirez la peau, les graines, et coupez-le en lanières. Assaisonnez de sel, de poivre, d’un filet d’huile d’olive et parsemez d’une gousse d’ail finement hachée.

Ouvrez les bagels en 2, et passez-les rapidement au grille-pain. Frottez chaque moitié à l’ail et arrosez d’un filet d’huile d’olive.

Sur la partie basse, déposez quelques feuilles de jeunes pousses, 2-3 fines tranches de speck, les rondelles de tomate et de mozzarella, salez, poivrez, ajoutez les feuilles de basilic, le poivron mariné et la courgette et refermez le tout avec la 2ème moitié de bagel.

Bon appétit.

Suggestions:

  • n’hésitez pas à faire cuire un peu plus de poivrons et de courgettes, pour un bon dîner à l’italienne.
  • j’ai utilisé un mélange de graines pour garnir les bagels. C’est croustillant et riche en goût.
  • au lieu de frotter les bagels à l’ail, on peut les tartiner de confit d’oignons (le côté sucré sera alors plus présent), ou de tapenade noire.

IMG_0788

Salade de petit épeautre aux légumes du soleil

16 Mai

IMG_0676

 

J’adore cette petite graine dorée, dodue, craquante et surprenante. Elle avait presque disparu de notre alimentation alors qu’elle est vieille comme le monde et blonde comme les blés… Un peu farouche mais romantique, ses épis mordorés ondulent à l’abri des regards, sur le plateau de Sault, dans les Alpes de Haute-Provence, entourés de champs de lavande et de leur entêtant parfum. Et c’est en son honneur que se tient, chaque 1er dimanche de Septembre, la Fête Médiévale du Petit Epeautre, dans le beau village de Monieux. Car ceux qui la cultivent et vivent à ses cotés, savent que cette céréale-là n’est pas tout à fait comme les autres…Il paraît même qu’on la surnomme: « le caviar des céréales »! Pauvre en gluten, mais riche en protéines et en phosphore, le petit épeautre se laissera aller à toutes vos envies… Et quand on le connaît, les envies ne manquent pas…

La recette:

  • 250 g de petit épeautre
  • 2 courgettes
  • 3 demi poivrons (rouge, jaune, vert)
  • 1 oignon
  • 1 boule de mozzarelle
  • 2-3 brins de basilic
  • 1 càc de sucre
  • 1 càc de vinaigre balsamique
  • de l’huile d’olive
  • sel et poivre du moulin

Faites tremper le petit épeautre dans un grand volume d’eau pendant 1 heure.

Pendant ce temps, préparez les légumes. Emincez l’oignon, détaillez les poivrons et les courgettes en petits cubes. Faites revenir les oignons à feu vif dans un peu d’huile d’olive. Quand ils commencent à prendre une jolie couleur, ajoutez le sucre, laissez cuire quelques minutes, et déglacez avec le balsamique. Réservez.

Nettoyez la poêle ou le wok avec du papier absorbant, faites chauffer à nouveau un peu d’huile, et faites sauter les poivrons, à feu vif, pour leur donner une belle coloration. Les légumes doivent rester légèrement croquants. Salez, poivrez et réservez.

Procédez de la même manière pour les courgettes.

Egouttez le petit épeautre et cuisez- le dans un grand volume d’eau salée pendant 45 minutes.

Rincez -le à l’eau froide, et laissez égoutter. Ciselez le basilic et coupez la mozzarelle en petits dés.

Dans un saladier, rassemblez tous les ingrédients, ajoutez un peu d’huile d’olive, rectifiez l’assaisonnement et servez bien frais.

IMG_0684

Lasagnes légères aux épinards et Saint Agur

24 Avr

photo (7)

Coucou les gourmand(e)s,

Des bonnes lasagnes bien épaisses, généreusement garnies d’épinards frais dans une béchamel légère agrémentée de Saint Agur, pour ne pas renoncer complètement à la gourmandise… Ça vous tente? Végétarien, simple et bon, moi je dis oui!

La recette:

  • 1,5 à 2 kg d’épinards frais (ou 500 g d’épinards surgelés)
  • 1 litre de lait
  • 80 de maïzena
  • 125 g de Saint Agur
  • 1 paquet de lasagnes sèches
  • 1 gousse d’ail
  • 1 càc de cumin en poudre
  • 25 cl de crème liquide
  • un peu de muscade
  • du gruyère râpé à votre goût
  • sel et poivre du moulin

Nettoyez soigneusement les épinards, essorez-les légèrement pour qu’ils gardent un peu d’eau, puis faites les tomber à couvert dans une grande sauteuse, sans ajout de matière grasse.

Laissez-les refroidir dans une passoire.

Préchauffez le four à 180° C et frottez un plat à gratin avec la gousse d’ail.

Pendant ce temps, préparez la béchamel légère en mélangeant à froid le lait et la maïzena. Mélangez au fouet, salez, poivrez, et ajoutez le Saint Agur coupé en petits morceaux. Faites chauffer à feu moyen, en remuant sans arrêt, jusqu’à obtenir la consistance d’une béchamel. Ajoutez la muscade.

Pressez les épinards entre vos mains et hachez-les grossièrement. Salez-les et ajoutez le cumin. Ajoutez les épinards à la béchamel et mélangez bien.

Nappez le fond du plat avec la moitié de la crème liquide, puis disposez les plaques de lasagnes, les épinards, les lasagnes et ainsi de suite…Terminez par les lasagnes, versez le reste de crème liquide, et parsemez de gruyère râpé. Enfournez pour 45 minutes et vérifiez la cuisson avec la pointe d’un couteau.

Servez avec une bonne salade verte et bon appétit.

Croustillants au foie gras, pommes et pain d’épices

15 Avr

IMG_7169

Pourquoi attendre les fêtes de fin d’année pour se faire plaisir avec un bon foie gras? C’est vrai que c’est un produit d’exception qui doit rester rare pour être apprécié à sa juste valeur, mais nous avons tous, au moins une fois dans l’année, une occasion spéciale qui pourrait nous servir de prétexte.Et ça tombe bien, puisque les fêtes de Pâques arrivent à grands pas… Une excuse toute trouvée pour succomber à la tentation, n’est-ce pas?

J’ai reçu de mon partenaire Lafitte, spécialiste de foie gras de canard, foie gras d’oie et de magret de canard, du foie gras de canard entier des Landes. Les idées se sont un peu bousculées dans ma tête, et il n’a pas été facile de choisir à quelle sauce j’allais le préparer. Je savais seulement que je voulais garder le produit aussi brut que possible, et ne surtout pas le réduire à une sauce justement ou à une chantilly. J’avoue que j’aurais bien naturellement opté pour une belle salade landaise, mais c’était sans doute un peu trop classique pour me présenter à vous, mes chers lecteurs…

Voilà comment j’en suis arrivée à préparer ces ( très) croustillants au foie gras, pommes et pain d’épices, qui devraient émoustiller les papilles des amateurs de sucré-salé. Et quelle bonheur lorsque l’on tombe sur un bon morceau de foie gras légèrement fondant…

La recette: 

Pour 8 croustillants:

  • 2 pommes
  • 2 tranches de pain d’épices (vous trouverez ici la recette de mon pain d’épices tout doux )
  • 130 g de foie gras de canard en conserve
  • 8 feuilles de brick
  • 25 g de beurre fondu
  • 1/2 càc de cannelle (facultatif)
  • sel et poivre du moulin
  • une barquette de groseilles (facultatif, mais j’ai découvert au passage que c’était très bon dans une salade…)

Pelez les pommes et coupez-les en cubes, pas trop gros. Faites-les fondre dans un peu de beurre, ou dans une casserole à feu doux et à couvert sans ajout de matière grasse (les pommes ne doivent pas rendre trop d’eau sinon la feuille de brick va craquer à la cuisson).Remuez de temps en temps, et laisser cuire doucement jusqu’à ce que les pommes soient fondantes mais pas réduites en compote. Ajoutez un peu de sel et de poivre, et la cannelle.

Pendant ce temps, faites griller 2 tranches de pain d’épices, et émiettez-les grossièrement à la main.

IMG_7153

Préchauffez le four à 180°C et faites fondre le beurre.

Coupez le foie gras en cubes. Mélangez le pain d’épices et les pommes refroidies.

Pliez les feuilles de brick en deux (en demi-cercle) puis encore en deux dans le sens de la longueur. Le plus souvent on n’utilise q’une demie-feuille de brick mais je préfère les doubler pour plus de résistance et surtout plus de croustillant!!

 Garnissez le bas de la bande d’une bonne cuillère à café de garniture et ajoutez les dès de foie gras en veillant à les répartir à part égale entre les croustillants (environ 15 grammes par croustillant). Puis repliez de la même manière que pour les samoussas.

 Badigeonnez chaque triangle de beurre fondu, dessus, dessous, et les enfournez sur une plaque pour 15 à 20 minutes selon votre four.

On peut les dégustez à l’apéritif, avec un chutney à la mangue par exemple, en entrée ou même en plat principal avec une salade verte.

Tatin d’endives à la feta, miel et balsamique

1 Avr

photo (6)

 

Si les endives sont un peu les mal-aimées de votre bac à légumes et que même les fameuses endives au jambon n’ont toujours pas trouvé grâce à vos yeux, voilà une recette qui pourrait vous faire changer d’avis. C’est ma soeur qui m’a fait découvrir cette manière de les préparer, et vu comme ça c’est tout de suite beaucoup plus attirant… Je vous avais déjà proposé une tatin de navets au miel et à l’orange, et l’idée de rajouter de l’orange aux endives me paraît intéressante, même si je ne l’ai pas fait cette fois-ci. A tester, donc!

L’ amertume de l’endive reste présente mais elle est bien contre-balancée par le miel et le sucre et le vinaigre amène juste ce qu’il faut d’acidité. La feta apporte le coté crémeux, et avec le croustillant du feuilletage, c’est un régal!

Ce qui ne gâche rien c’est que l’endive est très pauvre en calories (15 cal pour 100g), alors à l’approche des beaux jours, cette tarte originale fera un repas parfait accompagnée d’une salade verte bien croquante, alliant plaisir et équilibre.

La recette:

  • 1 kg d’endives
  • 25 g de beurre
  • 1 pâte feuilletée pur beurre
  • 1 càs de sucre
  • 1 càs de miel
  • 1 càs de vinaigre balsamique
  • 200 g de feta nature
  • sel et poivre du moulin

Préchauffez le four à 180°Cet beurrez un moule à tarte.

Retirez les premières feuilles des endives si elles sont abîmées et coupez-les en 2 dans le sens de la longueur sans retirer le « trognon ».

Faites fondre le beurre dans une sauteuse, et faites dorer les endives des deux côtés, jusqu’à ce qu’elles soient tendres. (+ ou – 25 minutes)

Ajoutez le sucre et remuer doucement pour le dissoudre, puis ajoutez le miel. Laissez cuire encore un peu pour caraméliser les endives.

Salez et poivrez, puis débarrassez les endives. Ajoutez le vinaigre balsamique et laissez réduire pendant une minute environ, à feu doux.

Versez le liquide obtenu dans le moule, disposez les endives par dessus.

Emiettez la feta à la fourchette et disposez-la sur les endives. Recouvrez le tout avec la pâte feuilletée et rentrez le surplus de pâte à l’intérieur du moule.

Enfournez pour 30 minutes environ, jusqu’à ce que la pâte soit bien dorée.

Retournez la tarte sur un plat et dégustez bien chaud avec une belle salade verte.

Carrot Cake

11 Mar

photo (5)

– Des légumes dans le gâteau, beurk…

– Ben quoi, 5 fruits et légumes par jour qu’ils disent! Mais si tu préfères, je peux faire des carottes bouillies?!

– …

– Je peux goûter le gâteau aux carottes?

– Ça me ferait très plaisir! Alors?

– C’est bon!!! Je peux en reprendre?!

– Of course, honey pie…

Le plus difficile en cuisine, c’est souvent de faire bouger les lignes, de parvenir à faire goûter un produit inconnu, faire découvrir des saveurs nouvelles, des associations improbables… Alors pour nous un Carrot Cake, ça n’a rien d’un O.V.N.I culinaire mais pour nos chérubins (de plus en plus difficiles ou c’est moi?), autant dire que c’est au mieux un A.S.N.I (Aliment Suspect Non Identifié), au pire une expérience dangereuse qui devrait faire l’objet d’une entente préalable, voire d’une prime de risque… Mais au final, les carottes dans le gâteau ç’est quand même plus sympa que les carottes Vichy…

– Tu pourras en faire un pour mon anniversaire?

Et voilà comment on les fait marcher à la carotte… (Là, je fanfaronne, mais ça marche pas à tous les coups!)

La recette: 

Ici, le Carrot Cake est volontairement servi sans glaçage, ce qui serait un sacrilège pour nos amis anglo-saxons, mais moi zaime pas le glaçage (oups…). Et comme il n’existe pas UN mais DES Carrot Cakes,voici ma version:

  • 350 g de carottes râpées
  • 200 g de farine
  • 100 g de noisettes entières réduites en poudre
  • 4 oeufs
  • 200 g de sucre
  • 1 sachet de levure chimique
  • 50 g d’huile de noisette
  • 1 càc de cannelle moulue (de Ceylan)
  • 1 càc de gingembre moulu
  • le zeste et le jus d’une orange non traitée

Préchauffez le four à 180 °C.

Prélevez le zeste de l’orange et pressez-la. Arrosez les carottes avec le jus d’orange, ajoutez le zeste et mélangez.

Blanchissez les oeufs et le sucre. Mélangez la farine, la levure et les épices et incorporez l’ensemble au mélange oeuf-sucre.

Ajoutez l’huile de noisette et mélangez bien. Puis ajoutez les carottes,  les noisettes en poudre et mélangez bien.

Beurrez un moule ( ici 22 x 22 cm), versez et enfournez pour 45 minutes.

La pointe du couteau ressort sèche, c’est prêt.

 

 

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 532 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :