Le Léger·Le Salé·Le Végétarien

Lasagnes légères aux épinards et Saint Agur

photo (7)

Coucou les gourmand(e)s,

Des bonnes lasagnes bien épaisses, généreusement garnies d’épinards frais dans une béchamel légère agrémentée de Saint Agur, pour ne pas renoncer complètement à la gourmandise… Ça vous tente? Végétarien, simple et bon, moi je dis oui!

La recette:

  • 1,5 à 2 kg d’épinards frais (ou 500 g d’épinards surgelés)
  • 1 litre de lait
  • 80 de maïzena
  • 125 g de Saint Agur
  • 1 paquet de lasagnes sèches
  • 1 gousse d’ail
  • 1 càc de cumin en poudre
  • 25 cl de crème liquide
  • un peu de muscade
  • du gruyère râpé à votre goût
  • sel et poivre du moulin

Nettoyez soigneusement les épinards, essorez-les légèrement pour qu’ils gardent un peu d’eau, puis faites les tomber à couvert dans une grande sauteuse, sans ajout de matière grasse.

Laissez-les refroidir dans une passoire.

Préchauffez le four à 180° C et frottez un plat à gratin avec la gousse d’ail.

Pendant ce temps, préparez la béchamel légère en mélangeant à froid le lait et la maïzena. Mélangez au fouet, salez, poivrez, et ajoutez le Saint Agur coupé en petits morceaux. Faites chauffer à feu moyen, en remuant sans arrêt, jusqu’à obtenir la consistance d’une béchamel. Ajoutez la muscade.

Pressez les épinards entre vos mains et hachez-les grossièrement. Salez-les et ajoutez le cumin. Ajoutez les épinards à la béchamel et mélangez bien.

Nappez le fond du plat avec la moitié de la crème liquide, puis disposez les plaques de lasagnes, les épinards, les lasagnes et ainsi de suite…Terminez par les lasagnes, versez le reste de crème liquide, et parsemez de gruyère râpé. Enfournez pour 45 minutes et vérifiez la cuisson avec la pointe d’un couteau.

Servez avec une bonne salade verte et bon appétit.

Publicités
Le Sucré-Salé

Croustillants au foie gras, pommes et pain d’épices

IMG_7169

Pourquoi attendre les fêtes de fin d’année pour se faire plaisir avec un bon foie gras? C’est vrai que c’est un produit d’exception qui doit rester rare pour être apprécié à sa juste valeur, mais nous avons tous, au moins une fois dans l’année, une occasion spéciale qui pourrait nous servir de prétexte.Et ça tombe bien, puisque les fêtes de Pâques arrivent à grands pas… Une excuse toute trouvée pour succomber à la tentation, n’est-ce pas?

J’ai reçu de mon partenaire Lafitte, spécialiste de foie gras de canard, foie gras d’oie et de magret de canard, du foie gras de canard entier des Landes. Les idées se sont un peu bousculées dans ma tête, et il n’a pas été facile de choisir à quelle sauce j’allais le préparer. Je savais seulement que je voulais garder le produit aussi brut que possible, et ne surtout pas le réduire à une sauce justement ou à une chantilly. J’avoue que j’aurais bien naturellement opté pour une belle salade landaise, mais c’était sans doute un peu trop classique pour me présenter à vous, mes chers lecteurs…

Voilà comment j’en suis arrivée à préparer ces ( très) croustillants au foie gras, pommes et pain d’épices, qui devraient émoustiller les papilles des amateurs de sucré-salé. Et quelle bonheur lorsque l’on tombe sur un bon morceau de foie gras légèrement fondant…

La recette: 

Pour 8 croustillants:

  • 2 pommes
  • 2 tranches de pain d’épices (vous trouverez ici la recette de mon pain d’épices tout doux )
  • 130 g de foie gras de canard en conserve
  • 8 feuilles de brick
  • 25 g de beurre fondu
  • 1/2 càc de cannelle (facultatif)
  • sel et poivre du moulin
  • une barquette de groseilles (facultatif, mais j’ai découvert au passage que c’était très bon dans une salade…)

Pelez les pommes et coupez-les en cubes, pas trop gros. Faites-les fondre dans un peu de beurre, ou dans une casserole à feu doux et à couvert sans ajout de matière grasse (les pommes ne doivent pas rendre trop d’eau sinon la feuille de brick va craquer à la cuisson).Remuez de temps en temps, et laisser cuire doucement jusqu’à ce que les pommes soient fondantes mais pas réduites en compote. Ajoutez un peu de sel et de poivre, et la cannelle.

Pendant ce temps, faites griller 2 tranches de pain d’épices, et émiettez-les grossièrement à la main.

IMG_7153

Préchauffez le four à 180°C et faites fondre le beurre.

Coupez le foie gras en cubes. Mélangez le pain d’épices et les pommes refroidies.

Pliez les feuilles de brick en deux (en demi-cercle) puis encore en deux dans le sens de la longueur. Le plus souvent on n’utilise q’une demie-feuille de brick mais je préfère les doubler pour plus de résistance et surtout plus de croustillant!!

 Garnissez le bas de la bande d’une bonne cuillère à café de garniture et ajoutez les dès de foie gras en veillant à les répartir à part égale entre les croustillants (environ 15 grammes par croustillant). Puis repliez de la même manière que pour les samoussas.

 Badigeonnez chaque triangle de beurre fondu, dessus, dessous, et les enfournez sur une plaque pour 15 à 20 minutes selon votre four.

On peut les dégustez à l’apéritif, avec un chutney à la mangue par exemple, en entrée ou même en plat principal avec une salade verte.

Le Léger·Le Salé·Le Végétarien

Tatin d’endives à la feta, miel et balsamique

photo (6)

 

Si les endives sont un peu les mal-aimées de votre bac à légumes et que même les fameuses endives au jambon n’ont toujours pas trouvé grâce à vos yeux, voilà une recette qui pourrait vous faire changer d’avis. C’est ma soeur qui m’a fait découvrir cette manière de les préparer, et vu comme ça c’est tout de suite beaucoup plus attirant… Je vous avais déjà proposé une tatin de navets au miel et à l’orange, et l’idée de rajouter de l’orange aux endives me paraît intéressante, même si je ne l’ai pas fait cette fois-ci. A tester, donc!

L’ amertume de l’endive reste présente mais elle est bien contre-balancée par le miel et le sucre et le vinaigre amène juste ce qu’il faut d’acidité. La feta apporte le coté crémeux, et avec le croustillant du feuilletage, c’est un régal!

Ce qui ne gâche rien c’est que l’endive est très pauvre en calories (15 cal pour 100g), alors à l’approche des beaux jours, cette tarte originale fera un repas parfait accompagnée d’une salade verte bien croquante, alliant plaisir et équilibre.

La recette:

  • 1 kg d’endives
  • 25 g de beurre
  • 1 pâte feuilletée pur beurre
  • 1 càs de sucre
  • 1 càs de miel
  • 1 càs de vinaigre balsamique
  • 200 g de feta nature
  • sel et poivre du moulin

Préchauffez le four à 180°Cet beurrez un moule à tarte.

Retirez les premières feuilles des endives si elles sont abîmées et coupez-les en 2 dans le sens de la longueur sans retirer le « trognon ».

Faites fondre le beurre dans une sauteuse, et faites dorer les endives des deux côtés, jusqu’à ce qu’elles soient tendres. (+ ou – 25 minutes)

Ajoutez le sucre et remuer doucement pour le dissoudre, puis ajoutez le miel. Laissez cuire encore un peu pour caraméliser les endives.

Salez et poivrez, puis débarrassez les endives. Ajoutez le vinaigre balsamique et laissez réduire pendant une minute environ, à feu doux.

Versez le liquide obtenu dans le moule, disposez les endives par dessus.

Emiettez la feta à la fourchette et disposez-la sur les endives. Recouvrez le tout avec la pâte feuilletée et rentrez le surplus de pâte à l’intérieur du moule.

Enfournez pour 30 minutes environ, jusqu’à ce que la pâte soit bien dorée.

Retournez la tarte sur un plat et dégustez bien chaud avec une belle salade verte.

L'ailleurs·Le Sucré

Carrot Cake

photo (5)

– Des légumes dans le gâteau, beurk…

– Ben quoi, 5 fruits et légumes par jour qu’ils disent! Mais si tu préfères, je peux faire des carottes bouillies?!

– …

– Je peux goûter le gâteau aux carottes?

– Ça me ferait très plaisir! Alors?

– C’est bon!!! Je peux en reprendre?!

– Of course, honey pie…

Le plus difficile en cuisine, c’est souvent de faire bouger les lignes, de parvenir à faire goûter un produit inconnu, faire découvrir des saveurs nouvelles, des associations improbables… Alors pour nous un Carrot Cake, ça n’a rien d’un O.V.N.I culinaire mais pour nos chérubins (de plus en plus difficiles ou c’est moi?), autant dire que c’est au mieux un A.S.N.I (Aliment Suspect Non Identifié), au pire une expérience dangereuse qui devrait faire l’objet d’une entente préalable, voire d’une prime de risque… Mais au final, les carottes dans le gâteau ç’est quand même plus sympa que les carottes Vichy…

– Tu pourras en faire un pour mon anniversaire?

Et voilà comment on les fait marcher à la carotte… (Là, je fanfaronne, mais ça marche pas à tous les coups!)

La recette: 

Ici, le Carrot Cake est volontairement servi sans glaçage, ce qui serait un sacrilège pour nos amis anglo-saxons, mais moi zaime pas le glaçage (oups…). Et comme il n’existe pas UN mais DES Carrot Cakes,voici ma version:

  • 350 g de carottes râpées
  • 200 g de farine
  • 100 g de noisettes entières réduites en poudre
  • 4 oeufs
  • 200 g de sucre
  • 1 sachet de levure chimique
  • 50 g d’huile de noisette
  • 1 càc de cannelle moulue (de Ceylan)
  • 1 càc de gingembre moulu
  • le zeste et le jus d’une orange non traitée

Préchauffez le four à 180 °C.

Prélevez le zeste de l’orange et pressez-la. Arrosez les carottes avec le jus d’orange, ajoutez le zeste et mélangez.

Blanchissez les oeufs et le sucre. Mélangez la farine, la levure et les épices et incorporez l’ensemble au mélange oeuf-sucre.

Ajoutez l’huile de noisette et mélangez bien. Puis ajoutez les carottes,  les noisettes en poudre et mélangez bien.

Beurrez un moule ( ici 22 x 22 cm), versez et enfournez pour 45 minutes.

La pointe du couteau ressort sèche, c’est prêt.

 

 

Le Salé

Epaule d’agneau confite

épaule d'agneau

 

Voilà une recette extra simple qui remporte toujours un vif succès. Tout est dans la cuisson, lente, qui donne à la viande une texture fondante incomparable. C’est un classique à la maison dont on ne se lasse pas.

La recette:

  • 1 belle épaule d’agneau
  • 2 gousses d’ail
  • quelques branches de thym frais
  • 1 càs d’huile d’olive
  • sel et poivre du moulin
  • 1,5 kg de pommes de terre à chair ferme

Sortez l’épaule du réfrigérateur 1/2 heure avant de démarrer la cuisson.

Dans un mortier, pilez l’ail et les feuilles de thym, puis ajoutez l’huile d’olive, le sel et le poivre et massez l’épaule de toute part avec ce mélange.

Préchauffez le four à 250°C.

Enfournez l’épaule et laissez cuire 15-20 minutes pour saisir la viande, puis baissez le four à 150°C et laissez cuire pendant 3 heures minimum en arrosant souvent. (Vous pouvez ajouter 1/2 verre d’eau si vous manquez de jus)

Coupez les pommes de terre en gros cubes (avec la peau) et rincez-les bien. Badigeonnez d’huile d’olive, salez et poivrez et mettez-les dans le plat  1h30 avant la fin de la cuisson.

Lorsque les pommes de terre sont bien fondantes, réservez-les au chaud, faites reposer l’épaule sous une feuille d’aluminium et pendant ce temps, versez un peu d’eau chaude dans le plat pour récupérer les sucs de cuisson, et récupérez ce jus pour le service.

Il n’y a plus qu’à couper la viande et à se régaler.

L'ailleurs·Le Sucré

Baci di dama au Gianduja

IMG_6659

Après les pâtes fraîches que je vous ai proposées il y a quelques jours, j’ai eu envie de rester en Italie mais avec une petite recette sucrée cette fois. Comme j’avais déjà publié un tiramisu aux fruits de la passion et une panna cotta au lait d’amande, il me fallait innover un peu. Ce qui a décidé mon choix en réalité, c’est que mon homme a rapporté de Turin de délicieux chocolats et de la pâte à tartiner Gianduja, spécialité de la région du Piémont. Composée exclusivement de noisettes du Piémont, de sucre, et de chocolat, cette pâte à tartiner n’a pas fait un pli et je me suis mis en tête de la réaliser à la maison.

IMG_6682

Je ne saurais que vous conseiller de la tartiner généreusement sur vos tartines grillées du matin ou votre brioche préférée…(Elle remplacera à merveille le Nutella, d’autant plus qu’elle ne contient aucune matière grasse ajoutée!)  Ou de laisser libre-cours à votre imagination pour l’intégrer dans une création personnelle! Pour ma part, j’ai choisi de l’utiliser pour garnir ces gourmands « baisers de dame »- baci di dama- dont le nom, à lui seul, laisse rêveur (serait-ce une référence au bonheur que procurent ces merveilleux biscuits???)! Ces petites coques bien croquantes à l’amande ou à la noisette (incapable de choisir, j’ai donc mis les 2…) et garnies de chocolat sont aussi une spécialité du Piémont, ce qui tombe à pic, non?

Avant de vous lancer, assurez-vous que votre robot n’est pas un vieillard clafi d’arthrite car il risque de rendre l’âme lors de la réalisation du Gianduja. Ménagez-le, accordez-lui quelques pauses, parce qu’il va être mis à rude épreuve!

La recette:

Le Gianduja:

  • 150 g de noisettes décortiquées
  • 150 g de sucre glace
  • 125 g de chocolat au lait + 25 g de chocolat noir

Préchauffez le four à 150°C. Mettez les noisettes sur une plaque, et faites-les torréfier dans le four pendant 30 minutes.

Frottez-les les unes contre les autres dans un torchon pour les débarrasser de leur peau.

Mixez-les ensuite avec le sucre glace dans le bol du robot. Cette étape peut prendre un peu de temps car le robot peine un peu, mais vous devez obtenir une pâte lisse et homogène, proche d’une pâte à tartiner. Les noisettes finissent par rendre leur « huile » ce qui va permettre d’obtenir une consistance un peu plus épaisse qu’une pâte à tartiner (à la maison, tout y est passé: le robot, le  mixer, le blender…). N’hésitez pas à procéder en 2 étapes, en divisant la pâte en deux, votre robot-mixer-blender vous en sera reconnaissant…

Faites fondre le chocolat au bain-marie, et ajoutez-le à la pâte de noisettes. Vous pouvez passer l’ensemble au tamis fin pour une pâte encore plus lisse.

Si vous choisissez de la déguster comme une pâte à tartiner, conservez -la à température ambiante et consommer-là rapidement (c’est assez facile, ça!).

Les baci di dama:

Pour 15 pièces environ, soit 30 biscuits:

  • 100 g de farine
  • 50 g de poudre d’amandes
  • 50 g de poudre de noisettes
  • 100 g de sucre
  • 100 g de beurre mou en parcelles

IMG_6641

Rassemblez tous les ingrédients secs dans un saladier et mélangez. Puis ajoutez le beurre et malaxez à la main, jusqu’à obtenir une pâte homogène. Fraisez un peu la pâte avec la paume de la main, pour bien incorporer le beurre.

Formez une boule, enrobez-la de film alimentaire, et réservez au frais pendant 1 heure.

Préchauffez le four à 160°C. Prélevez des petits morceaux de pâte de poids égal (12 g pour moi) et façonnez des petites boules bien rondes entre vos mains. Déposez-les sur une plaque recouverte de papier sulfurisé en les espaçant bien, et faites cuire pendant 20 minutes. Laissez refroidir les coques sur une grille.

Il ne reste plus qu’à garnir la moitié des biscuits de Gianguja et à les recouvrir d’un second biscuit.

Vous pouvez les accompagner d’un bon « caffè ristretto », et vous serez presque en Italie!

Le Salé

Pâtes fraîches au pesto de roquette et noix

IMG_6613

Il y a quelques temps déjà que j’ai fait l’acquisition d’un laminoir pour faire de bonnes pâtes maison et régaler toute la famille. Nous aimons tous les pâtes, n’est-ce pas, mais lorsqu’elles sont fraîches, ça change tout! La texture en bouche, le goût beaucoup plus subtil, c’est un pur régal, vraiment!

Seulement voilà, c’est plutôt chronophage comme recette, pour un plat si vite englouti… Et je dois avouer que je rechigne à préparer des pâtes maison pour plus de 4 personnes! Mais comme ma moitié est allée faire un petit tour en Italie la semaine passée, et qu’il m’a rapporté de bons  petits produits, dont une jolie farine bio, je n’ai pas pu résister à l’envie de faire des tagliatelles, ce que je n’avais pas fait depuis des lustres! Et il n’en faut pas plus pour combler les enfants de bonheur! Et les grands aussi d’ailleurs…

Quelle bonne idée j’ai eu de préparer la veille un pesto de roquette aux noix, qui devait accompagner un bon plat de linguine du commerce… J’ai gagner un peu de temps du coup.

Vous l’avez compris, faire des pâtes c’est simplissime, mais c’est un chouilla long, il faut compter une bonne heure rien que pour laminer. Mais le jeu en vaut vraiment la chandelle! Allez, on remonte ses manches et on va se rouler dans la farine. Et le tablier est vivement recommandé!

IMG_6570

La recette:

Les pâtes:

Pour 4 personnes

  • 400 g de farine
  • 4 oeufs frais
  • et c’est tout! Pas de sel, pas d’huile! On compte simplement 100 g de farine et un oeuf par personne

Versez la farine dans un grand saladier ou directement sur le plan de travail. Creusez un puits et versez les œufs entiers au centre. Mélangez légèrement les œufs avec une fourchette, puis remuez toujours à la fourchette pour incorporer la farine. A ce stade, cela donne un truc pas très ragoûtant, mais c’est normal.

IMG_6576

Amalgamez l’ensemble à la main, puis travaillez la pâte sur le plan de travail pendant 10-15 minutes pour obtenir une pâte lisse et aussi souple que possible. Au fur et à mesure du pétrissage, vous sentez que la pâte s’assouplit.

Formez une boule, enveloppez-la de film alimentaire et laissez-la reposer au frais pendant 1 heure ou 30 minutes minimum.

Farinez le plan de travail. Prélevez un morceau de pâte, en gardant le reste dans le film, et passer au laminoir en position 1. Repliez la pâte sur elle-même, et repassez au laminoir, toujours en position 1. Recommencez cette opération 5 fois. Puis passez la pâte en position 2, puis 3, puis 4 etc…jusqu’à l’épaisseur voulue (personnellement, je vais jusqu’à 8 sur 9 crans possibles, car je trouve que plus elles sont fines, meilleures elles sont).

N’hésitez pas à fariner la pâte qui ne doit jamais être collante, et faites-le systématiquement avant de les tailler à la forme voulue.

Farinez bien la plaque obtenue, recto verso, et passer au laminoir pour former vos tagliatelles, par exemple.

Déposez les pâtes sur un torchon bien fariné et recommencez l’opération jusqu’à épuisement… de la pâte!!

IMG_6604

Le pesto de roquette et noix:

  • 45 g de roquette
  • 3 gousses d’ail
  • 30 g de parmesan
  • 30 g de cerneaux de noix
  • 7 cl d’huile d’olive
  • sel et poivre du moulin

Dans un petit mixer, hachez ensemble les noix et le parmesan. Réservez.

Puis mixez la roquette et l’ail et ajoutez le mélange noix/parmesan et mélangez.

Ajoutez l’huile en remuant, le sel et le poivre.

Et c’est prêt!

La cuisson des pâtes:

Faites bouillir un grand volume d’eau salée.

Dans un wok, faites réchauffer le pesto à feu très doux, simplement pour le mettre à température.

Plongez les pâtes dans l’eau bouillante et remuez de suite pour les séparer, et faites cuire 2-3 minutes . Elles doivent rester al dente. Egouttez-les très rapidement pour qu’elles gardent un peu de leur eau et versez le tout dans le wok et mélangez avec le pesto, puis servez sans attendre.

Buon appetito a tutti, e viva Italia!

Le Salé

Morue gratinée

IMG_6567

Voilà une excellente manière d’accommoder la morue, si comme moi, vous en êtes fan! Ah, je vous l’accorde, ce n’est pas de la gastronomie, mais ces ingrédients simples, qui se marient à coup sûr, sont  toujours le gage du régal. Voilà encore un bon p’tit plat qui risque de devenir  un « incontournable-classique-récurrent » à la maison, au grand dam du fiston qui serait prêt, à l’occasion, à faire la grève de la faim… le temps d’un repas! C’est vrai quoi, y’a pas que le phosphore dans la vie…!

  La recette:

  • 1 kg de morue
  • 1 kg de pommes de terre
  • 40 cl de crème semi-épaisse
  • 200 g de gruyère fraîchement râpé
  • 3 gousses d’ail
  • 3 feuilles de laurier
  • sel et poivre du moulin

La veille, faites dessaler la morue dans l’eau froide, en prenant soin de changer l’eau régulièrement.

Le jour même, épluchez les pommes de terre et faites-les cuire dans un grand volume d’eau salée, avec 2 gousses d’ail écrasées et les feuilles de laurier. Retirez-les du feu 5 minutes avant la fin de la cuisson afin qu’elles soient légèrement « al dente » (25 minutes environ).

Pendant ce temps, mettez la morue dans une grande casserole et couvrez d’eau froide. Faites chauffer jusqu’à frémissements, puis éteignez le feu et laissez pocher la morue pendant 10 minutes.

Préchauffez le four à 200°C. Râpez le gruyère. Aillez et beurrez un plat à gratin.

Egouttez et effeuillez la morue dans le plat, puis recouvrez de pommes de terre coupées en rondelles. Nappez le tout avec la crème, et recouvrez de gruyère râpé. Enfournez pour 25 minutes environ, jusqu’à ce que le tout soit bien gratiné.

Le Salé

Magret de canard à la gelée de groseille et aux baies roses

20131124-115840.jpg

Le magret de canard se prête à bien des accommodements mais je dois dire que cette recette-là a ma préférence. Ceux qui aiment le sucré-salé devraient se régaler, et ce sans trop d’effort car c’est une recette très simple et très rapide à réaliser. Etant donné qu’il fait froid, j’ai trouvé un bon prétexte pour servir le magret avec de bonnes pommes de terre à la sarladaise, histoire de faire quelques réserves pour l’hiver :-))

La recette:

Pour 4 personnes:

  • 2 ou 3 magrets de canard
  • 1 càs de vinaigre de framboise
  • 1 càs de baies roses
  • 3 càs de gelée de groseille
  • 3 càs de crème épaisse
  • 1 càs de mascarpone (facultatif)

Taillez le gras des magrets en croisillons en surface sans couper la chair, et salez côté gras uniquement.

Faites chauffez une poêle  antiadhésive et faites cuire le canard 4 minutes côté gras, puis 7 minutes côté chair, et encore 3 minutes côté gras, en prenant soin de jetez le gras entre chaque étape de cuisson. (Prolongez la cuisson d’2 ou 3 minutes pour un magret à point). Réservez les magrets sous un papier aluminium, le temps de réaliser la sauce.

Jetez le gras de cuisson et déglacez la poêle avec le vinaigre de framboise. Ajoutez la gelée de groseille et les baies roses et laissez cuire quelques minutes à feu doux en remuant. Puis ajoutez la crème et le mascarpone et mélangez. Quand la sauce est bien onctueuse, coupez les magrets et nappez de sauce.

Le Sucré

Pain d’épices tout doux

Le froid a fait son grand retour, et Noël n’est déjà plus très loin… Ça ne dure jamais très longtemps mais j’aime quand la nature devient rousse, j’aime le bruissement des pas dans les amas de feuilles mortes,  la ville qui s’illumine , les bavardages au coin du feu, le bonheur de rentrer chez soi et d’enfiler ses vieilles  belles chaussettes douillettes… Et je ne vous parle pas des petits plats qui frémissent pour nous revigorer, pot-au-feu ou petit salé, tartiflette ou potée, pourvu que ça réchauffe le corps et le coeur…

Mais en attendant une bonne vieille recette des familles, le sucré est encore à l’honneur aujourd’hui. Avec un bon pain d’épices pas trop fort en goût, par trop sucré non plus, aux parfums d’hiver et aux souvenirs d’enfance.

Légèrement toasté  et tartiné de beurre, c’est plus efficace qu’un lifting… Moralement, du moins…

La recette:

  • 175 de farine bise (T80)
  • 75 g de farine de seigle
  • 50 de sucre blond
  • 1 sachet de levure chimique
  • 180 g de miel
  • 1/2 càc de cannelle en poudre
  • 1/2 càc de muscade en poudre
  • 1/2 càc de gingembre en poudre
  • 1/2 càc de girofle en poudre
  • 20 cl de crème liquide
  • 1 oeuf

Préchauffez le four à 160 °C.

Dans une casserole, faites chauffer le miel et les épices à feu doux.

Mélangez dans un saladier les farines, la levure chimique, et le sucre. Ajoutez la crème et mélangez. Puis ajoutez le miel aux épices.

Mélangez bien avant d’incorporer l’oeuf en dernier.

Beurrez un moule à cake, versez la préparation et enfournez pour 45 minutes.

Vérifiez la cuisson avec la pointe d’un couteau.

Laissez refroidir sous un torchon.