Le Sucré

Biscuits comme des Granola®

IMG_6420

Il y a des choses comme ça qui sont de vrais pièges à gourmandise, et on a beau prendre tout plein de bonnes dispositions intérieures avant de s’y aventurer, rien n’y fait!

– « Je jure que je ne tomberai pas dans le panneau, j’en mange 1 ou 2, pas plus! »

– « Marie-Thérèse, ne jurez pas! »

C’est tellement vrai que je préfère parfois m’interdire carrément de toucher à un TUC®, à une rondelle de saucisson, à une cacahuète ou… à un Granola®… Et je crois pouvoir dire, sans prendre trop de risques, que ça vous rappelle forcément quelque chose…

Alors après avoir boycotté le rayon biscuit de mon supermarché préféré, après avoir résisté aux cric-croc d’impitoyables enfants, après avoir rêvé que je retapissais la chambre avec du papier peint Granola, j’ai compris que je frôlais le burn-out et qu’il fallait lâcher prise, succomber à l’instant présent, et être acteur de sa vie… gourmande!

On a évité le pire, et les travaux dans la chambre sont momentanément ajournés… Mais pour combien de temps?

Ne pariez jamais que vous n’en mangerez qu’un!

La recette:

  • 100 g de farine de blé
  • 60 g de farine de blé complète
  • 20 g de son de blé
  • 1 càc de bicarbonate de soude
  • 1 pincée de sel
  • 80 g de beurre mou
  • 50 g de sucre roux
  • 1 gros oeuf
  • 100 de chocolat au lait ou noir selon les goûts
  • 3 càs de crème légère liquide
  • 10 g de beurre

Dans un saladier, mélangez les farines, le son de blé, le bicarbonate, et le sel.

Fouettez le beurre ramolli et le sucre, puis ajoutez l’oeuf et mélangez. Puis ajoutez les éléments secs, et remuez jusqu’à obtenir une pâte homogène.

Formez une boule, couvrez de film alimentaire et entreposez au frais pendant 2 heures.

Préchauffez le four à 180 °C.

Farinez le plan de travail et le rouleau à pâtisserie. Etalez la pâte sur 0,5 cm d’épaisseur et formez vos biscuits à l’emporte-pièce.

Enfournez sur une plaque recouverte de papier sulfurisé pour 15 minutes et laissez refroidir sur une grille.

Faites fondre le chocolat à feu doux avec la crème liquide en remuant, et ajoutez le beurre lorsque le chocolat est totalement fondu. Nappez les biscuits avec le dos d’une petite cuillère, puis mettez-les au frais pour 15 à 20 minutes avant de les dévorer.

Le Sucré

Croquants aux amandes

IMG_6349

J’aime la cuisine baroudeuse, qui pose ses couteaux au gré de ses escales, assaisonnée à la sauce locale, la cuisine multilingue et pluri-culturelle et qui sent bon l’ailleurs. Mais les voyages ont toujours une fin. Un retour au bercail nécessaire à tout nouveau départ. Et ce retour aux sources a quelque chose de doux et de réconfortant. Alors aujourd’hui, je pose mes valises et c’est à notre belle Provence que je rends hommage, parce qu’elle est chère à mon coeur, et qu’elle regorge de trésors. Ces petits croquants en sont une l’évocation même…

Mais aussi régionaux soient-ils, je jubile à l’idée qu’ils vont faire un long voyage entre terre et mer, bien rangés dans leur boîte métallique, avant d’être croqués sur l’Île de Beauté par des personnes formidables…

Pour une fois, je ne vais pas chercher la recette ailleurs, mais je l’envoie quelque part! Et finalement, c’est peut-être encore meilleur!

La recette:

Pour une vingtaine de croquants

  • 300 g de farine
  • 150 g de sucre en poudre
  • 125 g d’amandes entières
  • 2 gros oeufs
  • 2 càs d’eau de fleur d’oranger
  • 4-5 gouttes d’extrait d’amande amère

Battez les oeufs et le sucre. Ajoutez l’extrait d’amande amère et la fleur d’oranger.

Puis ajoutez la farine et les amandes entières, et remuez bien pour obtenir une pâte souple et pas trop collante (ajustez la quantité de farine au besoin).

Préchauffez le four à 180°C.

Farinez le plan de travail et formez un boudin de 35 cm de long environ. Déposez-le sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, et badigeonnez le dessus d’un peu de lait, et enfournez pour 40 min environ.

Eteignez le four, coupez des tranches de 2 cm d’épaisseur et remettez-les dans le four éteint, sur une grille, jusqu’à complet refroidissement.

 

 

L'ailleurs·Le Léger

Saumon Yakitori

IMG_6269

Voilà une petite recette toute simple, prête en 2 coups de cuillère à pot, et délicieusement fondante. Un beau pavé de saumon, joliment laqué, et le goût incomparable du yakitori! Avec très peu d’ingrédients, et seulement quelques minutes de préparation, vous allez vous régaler avec ce grand classique de la cuisine japonaise.

La recette:

Pour 2 personnes:

  • 2 pavés de saumon
  • 4 càs de sauce soja
  • 2 càs de mirin
  • 1 càs de saké
  • 1 càs de sucre blond
  • quelques graines de sésame blond

Rassemblez la sauce soja, le mirin, le saké et le sucre dans une casserole et faites chauffer à feu doux pour dissoudre le sucre.

Dans une poêle anti-adhésive, faites cuire les pavés de saumon côté peau, sans ajout de matière grasse, à l’unilatérale (d’un seul coté).

Cuire pendant une quinzaine de minutes, à feu moyen. Arrosez les pavés d’une cuillère à soupe de sauce yakitori toutes les 5 minutes.

Lorsque le saumon est presque cuit, retournez-le côté chair, et cuire encore 2 à 3 minutes, pas plus pour avoir une chair bien fondante.

Parsemez de quelques graines de sésame blanc et servez avec du riz.

Le Sucré

Petits flans à la chicorée et aux épices

photo 4

Il y avait un moment que j’avais envie d’explorer la chicorée en cuisine, même si mes connaissances en la matière se limitaient à « l’ami du petit déjeuner » et à une famille de plantes comprenant les endives et autre frisée. Ce qui m’a valu de faire une belle découverte gustative. J’adore essayer de nouveaux produits, et m’aventurer vers des saveurs nouvelles! Et bien là, je ne suis pas déçue! Etant plus que novice dans l’usage de la chicorée dite à café, dont on utilise la racine torréfiée pour remplacer le café, il fallait quand même jouer de prudence…  J’ai tourneboulé tout ça dans un coin de ma petite tête, et j’ai pris le parti de l’intégrer dans des petits flans, auxquels j’ai ajouté  quelques épices douces, pour atténuer le goût de la chicorée, que j’imaginais très prononcé.

Le résultat est vraiment étonnant! Tout s’équilibre bien, la badiane apporte une note de réglisse très agréable, puis on découvre un léger goût de caramel… Voilà des petits flans originaux, parfumés à souhait, que je referai régulièrement, sans aucun doute!

Mais d’ici là, il va falloir que je m’essaye à la chicorée version salée, qui, j’en suis sûre, nous réserve aussi de jolies surprises.

La recette:

  • 70 cl de lait entier
  • 4 oeufs
  • 100 g de sucre blond
  • 1 càs de chicorée en grains
  • 1 étoile de badiane
  • 3 gousses de cardamome verte
  • 1 petit bâton de cannelle

Dans, une casserole, portez le lait à ébullition. Hors du feu, retirez la »peau » du lait, puis ajoutez la chicorée, la badiane, la cannelle et les graines de cardamome écrasées.Mélangez, couvrez et laissez infuser le tout pendant 10 minutes.

Pendant ce temps, blanchissez les oeufs avec le sucre.

Filtrez le lait, et versez-le progressivement sur le mélange oeufs/sucre, en remuant sans arrêt.

Préchauffez le four à 150 °C.

Versez la préparation dans des petits pots en verre, et déposez-les dans un plat allant au four. Versez de l’eau chaude du robinet dans le plat, jusqu’à mi-hauteur des pots. Enfournez pour 35 minutes.

Sortez les pots du bain-marie, laissez refroidir complètement avant de les mettre au réfrigérateur. Dégustez bien froid.

Le Salé

Morue aux poivrons et à la coriandre

IMG_0584

Pas très glamour la morue? Préjugé!

Cabillaud, morue, un même poisson, l’un frais, l’autre salé (pour des raisons de conservation, au départ), qui n’ont pourtant pas grand chose à voir gustativement parlant. Le cabillaud est délicat et fragile, la morue plus rustique et plus ferme, elle a du caractère.

Voilà un poisson que j’adore! J’aime sa tenue, sa chair blanche, son petit goût salé… Et puis elle se prête à mille et une préparations, ce qui permet de laisser libre cours à son imagination. Brandade, aïoli, acras, féroce… Je l’aime sous toutes ses formes. D’ailleurs, j’en ai mangé à toutes les sauces lors de mon séjour au Portugal. Elle se marie particulièrement bien avec la pomme de terre et les épinards frais, mais pas seulement. Alors aujourd’hui, elle sera accompagnée de poivrons et de coriandre fraîche, ce qui lui va très bien aussi.

De plus, elle est pauvre en calories et riche en protéines, alors…? Elle est pas belle, la morue?

La recette: (pour 2 personnes)

  • 1 oignon rouge
  • 1 poivron rouge
  • 2 gousses d’ail
  • 300 g de morue
  • 5 pommes de terre
  • un bouquet de coriandre
  • sel et poivre du moulin

Faites dessaler la morue dans l’eau froide pendant 24 heures en changeant l’eau plusieurs fois.

Épluchez et coupez les pommes de terre en rondelles de 0,5 cm d’épaisseur, rincez-les dans l’eau et séchez-les dans un torchon propre.

Épluchez le poivron et coupez-le en lanières, et coupez l’oignon en petits quartiers. Faites revenir l’oignon et le poivron dans un peu d’huile d’olive pendant une dizaine de minutes, à feu moyen, jusqu’à ce qu’ils soient bien colorés. Réservez.

Faites  sauter les pommes de terre dans un peu d’huile,  et laissez cuire 20-30 minutes. Coupez la morue égouttée et séchée en morceaux. Lorsque les pommes de terre  sont presque cuites, ajoutez le mélange poivron/oignon,, l’ail haché, salez et poivrez légèrement (la morue est salée) et mélangez. Puis déposez les morceaux de morue sur l’ensemble, couvrez et poursuivez la cuisson pour 10 minutes environ. Au moment de servir, parsemez de coriandre fraîche, et régalez-vous!

Le Sucré

Chouquettes

IMG_6191

Combien de fois avez-vous résisté à ces petits nuages sucrés qui trônent toujours en bonne place sur le comptoir de la boulangère? Combien de fois avez-vous succombé à la douceur de ces petites bulles dorées qui se dévorent en une bouchée? Plaisir d’enfance, plaisir de grands, avec elles le verbe « manger » se conjugue à tous les temps…

Théoriquement, il faut de l’huile de coude pour réaliser de jolies chouquettes. Mais quand on fait la pâte à choux au robot, ce sport culinaire devient un jeu d’enfant, auquel on serait tenté de jouer plus souvent…

Reste le maniement de la poche à douille, que certains maîtrisent merveilleusement, ce qui est loin d’être mon cas… Mais je me soigne!

Petite recette facile, pour un résultat très satisfaisant: les chouquettes sont croustillantes et moelleuses à la fois, et elles gardent la tête haute très longtemps. Le plus difficile, finalement, c’est de ne pas aller plonger sa main dans la panière toutes le 2 minutes 30.

La recette:

  • 150 g de farine
  • 125 ml d’eau
  • 125 ml de lait
  • 80 g de beurre
  • 4 oeufs moyens
  • 1/2 càc de sel
  • 1 càs de sucre
  • du sucre perlé

Tamisez la farine.

Dans une casserole, portez à ébullition le lait, l’eau, le sucre, le sel et le beurre en parcelles. Lorsque le liquide bout, versez la farine en une seule fois, et mélangez vigoureusement avec une cuillère en bois, jusqu’à ce que la pâte forme une boule qui se détache parfaitement des parois de la casserole.

Retirez du feu, et ajoutez les oeufs un à un, en prenant soin de remuer vivement à la spatule jusqu’à ce que chaque oeuf soit parfaitement incorporé, avant d’ajouter le suivant. Cette étape peut-être réalisée dans un robot muni de la feuille, ce qui vous évitera d’attraper des crampes dans les bras…! Et la pâte sera parfaitement lisse et luisante.

Préchauffez le four à 200 °C, et recouvrez la plaque de papier sulfurisé.

Garnissez votre poche à douille avec la pâte à choux (embout lisse), et formez des petits tas réguliers et bien espacés pour qu’ils ne se touchent pas à la cuisson. Trempez votre index dans l’eau pour lisser légèrement le dessus des choux, et parsemez-les de sucre perlé.

Enfournez pour 15-20 minutes en fonction de la taille de vos choux, ils sont cuits lorsqu’ils sont bien dorés.

Le Salé

Rôti de porc à la bière rapide

photo (2)

Un produit simple, des aromates, un petit jus plein de saveurs, quelques légumes fondants, et voilà comment un petit plat bien rustique émoustille nos papilles. L’originalité est souvent de mise en cuisine, et pourtant on en revient souvent aux bons vieux classiques qui font notre bonheur.

La cuisine a mille visages, mille parfums et mille couleurs. Elle se nourrit des peuples, des traditions, des savoir-faire. Elle nous rassemble parce qu’elle nous ressemble. Elle nous raconte des histoires qu’il ne faut pas garder pour soi, même quand l’histoire est simple.

Je n’étais pas sûre que cette recette mérite sa place ici, trop simple? Peut-être! Trop classique? Sans doute! Et pourtant, il n’en faut pas plus pour passer un moment convivial avec ceux qui nous sont chers…

Je me suis endormie, hier soir, heureuse, en pensant à ceux que j’aime et à ce beau cadeau qu’est la vie! Sentiment de plénitude, s’il en est, que l’on aimerait propager comme un virus!

Alors la question ne se pose plus.  Je voulais le partager avec vous qui me lisez, vous en donner un bout!

Et je suis sûre que vous prendrez bien un peu de bonheur…

La recette:

  • 1 rôti de porc dans le filet
  • 4 carottes
  • 1 oignon
  • 6 gousses d’ail
  • 2 brins de sauge ou à défaut 1 càc de sauge déshydratée
  • 33 cl de bière blonde
  • sel et poivre du moulin

Salez et poivrez le rôti, et faites-le dorer dans un mélange d’huile et de beurre sur toutes ses faces.

Pendant ce temps, coupez les carottes en morceaux, l’oignon en quartiers et pelez les gousses d’ail.

Lorsque la viande est bien dorée, retirez-la de la cocotte minute, et faites suer l’ail entier, l’oignon et les carottes dans la matière grasse restante. Salez, poivrez, ajoutez la sauge, et laissez fondre quelques minutes.

Retirez la garniture, puis versez la bière dans la cocotte pour déglacer et récupérer les sucs de cuisson. Remettez la viande, puis la garniture.

Fermez la cocotte, puis faites-la monter en pression. Quand elle chuchote, baissez le feu et faites cuire 20 minutes par kilo.

Il n’y a plus qu’à passer à table, et à savourer ce bon rôti moelleux avec une écrasée de pommes de terre, par exemple.

Le Salé

Blanquette de veau au cidre

photo (9)Il y a des goûts, des odeurs qui réveillent en nous de délicieux souvenirs d’enfance, comme Proust a sa madeleine. L’odeur des tartines qui sautent du grille-pain orange, le café au lait qui chauffe doucement dans la casserole (c’était avant la naissance du micro-ondes), le pain perdu de 4 heures, le parfum de la fleur d’oranger… Voilà qui a bercé mon enfance. Mais je garde par dessous tout, un divin souvenir de la blanquette de veau que nous préparait  Mamie… Et aujourd’hui encore, rares sont les petits plats qui peuvent rivaliser. Parce que celui-ci me raconte des histoires anciennes, des histoires chères à mon coeur, des souvenirs précieux que je me plais à réveiller!

La recette d’aujourd’hui n’est pas dans la pure tradition, elle est plus simple et le cidre a remplacé le vin blanc. Et ça fonctionne très bien…

Et vous, quelle est votre madeleine?

La recette:

  • 1,5 kg de veau à blanquette (tendron, flanchet, épaule)
  • 6 carottes
  • 1 vingtaine d’oignons grelots surgelés
  • 1 càc de sucre
  • 5 champignons de Paris
  • 1 bouteille de cidre brut
  • 2 càs de farine
  • 2 feuilles de laurier
  • 2 clous de girofle
  • 15 cl de crème épaisse
  • 2 jaunes d’oeuf
  • quelques gouttes de jus de citron
  • sel et poivre du moulin

Faites chauffer un mélange d’huile et de beurre et faites revenir les morceaux de viande sans trop les colorer. Salez et poivrez. Ajoutez la farine et mélangez pour bien enrober la viande.

Versez le cidre, mélangez, puis ajoutez les carottes coupées en tronçons, le laurier et les clous de girofle. Laissez cuire à petits bouillons pendant 1 heure.

Faites fondre les oignons dans un peu de beurre. Ajoutez le sucre, un peu d’eau et laissez glacer les oignons jusqu’à ce qu’ils soient légèrement caramélisés, en remuant souvent. Réservez sous du papier sulfurisé.

Nettoyez et coupez les champignons. 10 minutes avant la fin de la cuisson, ajoutez les champignons et les oignons grelots.

Dans un bol, mélangez la crème, les jaunes d’oeuf et le jus de citron.

Sortez la viande et la garniture du bouillon et réservez au chaud. Ajoutez le mélange crème-jaunes d’oeuf au bouillon, et mélangez au fouet. Nappez la viande avec cette sauce, en la passant au chinois.

Dégustez bien chaud avec du riz blanc.

L'ailleurs·Le Sucré

Cheesecake comme à New-York

IMG_5961

Aux Etats-Unis, on trouve des cheesecakes de toutes les couleurs, des toppings de folie, des garnitures en tout genre qui attisent forcément l’appétit et la curiosité. Allez jeter un coup d’oeil sur le site de Cheesecake Factory si vous ne connaissez pas, c’est une mine d’idées et une débauche de gourmandise.

Et pourtant, c’est celui-ci qui a toutes mes faveurs, parce qu’il est brut et parfumé juste comme il faut.

Le cheesecake new-yorkais se fait traditionnellement avec des Graham Crackers. A défaut d’en trouver par chez moi, j’utilise le plus souvent des Digestive au goût légèrement salé, qui réhausse  les saveurs du gâteau.

Après le cheesecake vanille-tonka, voici la recette du cheesecake new-yorkais. Nature, avec ce petit arôme citron, je peux vous avouer sans honte que c’est mon péché mignon.

La recette:

  • 600 g de Philadelphia
  • 100 g de mascarpone
  • 150 g de sucre
  • 3 oeufs
  • le zeste d’un citron bio
  • 200 g de biscuits Digestive, ou de Speculoos ou un mélange des 2
  • 50 g de beurre

Si vous avez un robot, c’est parfait pour cette recette. Sinon, fouettez soigneusement la préparation pour obtenir une crème bien lisse et onctueuse.

Faites fondre le beurre et réduisez les biscuits en une poudre fine. Ajoutez-y le beurre fondu et mélangez. Beurrez un moule à charnière ou à manqué, et tapissez-le avec les biscuits en tassant bien avec le dos d’une cuillère. Mettez le moule au frais.

Préchauffez le four à 170°C.

Prélevez le zeste du citron. Au robot, blanchissez les oeufs avec le sucre. Ajoutez le Philadelphia et le mascarpone, puis le zeste de citron. Laissez tournez le robot pendant 2-3 minutes, jusqu’à ce que la préparation soit parfaitement lisse.

Versez la préparation sur les biscuits, et lissez soigneusement.

Enfournez pour 30 minutes, puis baissez le four à 150°C et poursuivez la cuisson 30 minutes de plus. Eteignez le four et laisser refroidir le cheesecake à l’intérieur.

Réservez au frais jusqu’au lendemain.

NB: vous pouvez ajustez la température du four en surveillant régulièrement. Le cheesecake ne doit pas se fendiller et le dessus doit être à peine coloré.

Le Sucré

Tarte aux prunes

IMG_0451

 

Mon gentil prunier a été généreux cette année. Il m’a donné 2 beaux kilos de fruits. Oh, ça vous semble peut-être peu, mais il est encore jeune vous savez, et il s’est installé dans le jardin sans y être invité! Alors je lui en suis d’autant plus reconnaissante. Je l’ai déplanté, replanté, pour lui trouver une place de choix, et tous ces bouleversements ne l’ont pas perturbé apparemment.  Les bonnes pluies du printemps et la chaleur estivale ont satisfait son appétit, et ses jolis fruits acidulés ont ouvert le mien. Et quel plaisir que d’aller récolter soi-même ce que la nature nous offre, c’est toujours pour moi un petit moment de bonheur qui donne une autre saveur aux choses… Voilà qui suffit à faire d’une simple tarte quelques belles part de joie! Et ça, ça ne se refuse pas et ça se partage… Il en faut vraiment peu, très peu pour être heureux!

La recette:

Pour la pâte brisée:

  • 250 g de farine
  • 125 g de beurre pommade
  • 25 g de sucre
  • 1 pincée de sel
  • 1 oeuf
  • 5 cl d’eau

Dans le bol du robot, versez la farine, le sel, le sucre et mélangez. Creusez un puits et ajoutez l’eau, l’oeuf et le beurre ramolli coupé en morceaux. Mélanger pendant quelques instants, jusqu’à ce que la pâte soit homogène. Rajoutez un peu de farine si elle est trop collante, ou un peu d’eau si elle est trop sèche. Formez une boule, entourez-la de film alimentaire et réservez au frais une demi heure.

Pour la garniture:

  • 700 à 800 g de prunes ( reines claudes)
  • 1 càs bombée de farine
  • 50 de sucre semoule

Lavez et coupez les prunes en deux, et retirez les noyaux. Mélangez la farine et le sucre.

Préchauffez le four à 180°C.

Beurrez et farinez votre moule à tarte. Abaissez la pâte au rouleau, pas trop finement, car les fruits vont rendre du jus. Déposez-la dans le moule et piquez-la à la fourchette. Parsemez le fond de tarte du mélange sucre/farine, et répartissez-le de manière régulière.  Disposez les demi prunes faces bombées vers le haut, en les serrant bien. Coupez le reste de prunes en petites quartiers pour combler les trous. Saupoudrez de sucre, et enfournez pour 40 minutes environ, ou jusqu’à ce que les fruits soient dorés.