Le Léger·Le Sucré

Panna cotta légère au lait d’amande et fève tonka

IMG_5324

 

La panna cotta italienne est un dessert que j’aime à la folie! Je pourrais en manger tous les jours… Mais ce serait faire fi du nombre de calories qu’elle contient, puisque comme son nom l’indique, c’est bien de crème cuite dont il s’agit. Comme il n’est pas envisageable de renoncer à la gourmandise, il faut essayer de trouver des feintes pour se plaire plaisir sans rougir. On remplace la crème par du lait, hop hop hop, on s’emballe pas sur le sucre, hop hop hop, on fait sortir la gélatine, on fait rentrer l’agar agar, et le tour est joué…

Cette version ne contient pas de crème c’est vrai, la texture est un peu différente, c’est vrai aussi, mais ma balance n’y verra que du feu, et vos papilles ne seront pas en reste… Allez, un petit dessert pour tous les jours, simple et très rapide, que vous pourrez décliner de 1000 et une manières…. Personnellement, je signe! Et je dis bye-bye aux yaourts allégés.

La recette:

Pour 6-8 panna cotta:

  • 30 cl de lait d’amande
  • 20 cl de lait
  • 2 g d’agar agar
  • 4 càs de sucre blond
  • un peu de fève tonka râpée

Rassemblez dans une casserole le sucre, la fève tonka râpée, l’agar agar et mélangez. Ajoutez le lait et le lait d’amande, remuez bien et montez doucement à ébullition en remuant régulièrement. Lorsque le lait bout, maintenez l’ébullition 30 secondes sans cessez de remuer.

Filtrez et versez dans des petits bols, ou des pots en verre. Laissez refroidir et réfrigérez.

Ici, je les ai servies avec un coulis d’abricots: pour ça, j’ai simplement mixer 200 g d’abricots au sirop avec quelques gouttes de jus de citron et 2 càs de sirop. Le coulis de fruits rouges fonctionne très bien aussi.

Dans cette recette, j’ai choisi le lait d’amande que je voulais associer à la fève tonka, mais on peut tout à fait s’en passer. On peut aussi remplacer la fève tonka par une gousse de vanille par exemple, ou du cacao en poudre. Finalement, on peut faire à peu près ce qu’on veut sur la base de 2 g d’agar agar pour 50 cl de liquide. Cette proportion est très importante, sans quoi la panna cotta sera soit trop compacte, soit trop liquide… Pour le reste, on peut inventer toutes sortes d’associations.

Allez, une petite astuce gourmande quand même: pour un peu plus de gourmandise, utilisez du lait entier ou ajoutez 1 càs de crème épaisse ou de mascarpone dans le lait.

Le Sucré

Cupcakes amande-noisette

IMG_3934

 

Après les cupcakes salés, voici la version sucrée. Un petit gâteau moelleux dans lequel le beurre a été remplacé par de la purée de noisettes associée à de la poudre d’amande. Le tout recouvert d’une crème fouettée à la vanille et de caramel croustillant au fruits secs. Simplement bon…

La recette:

Pour 6 cupcakes:

  • 40 g de purée de noisette
  • 3 oeufs
  • 100 g de sucre glace
  • 50 g de farine
  • 60 g de poudre d’amande
  • 1 càc de levure chimique
  • 1/2 gousse de vanille grattée ( l’autre moitié servira pour la crème fouettée)

Blanchir les oeufs avec le sucre glace. Ajouter la purée de noisette et bien mélanger.

Rassembler la farine, la poudre d’amande, la levure et les grains de vanille, et mélanger. Ajouter progressivement au mélange précédant en remuant avec un fouet.

Préchauffer le four à 170°C. Graisser les moules et les remplir au 2/3 et enfourner pour 20 minutes. Laisser refroidir.

Le caramel:

  • 100 g de sucre en poudre
  • 2 càs d’eau
  • quelques fruits secs concassés (noix, pistaches, amandes, noisettes…)

Chemiser un rouleau à pâtisserie de papier sulfurisé et poser une feuille de papier sulfurisé sur le plan de travail.

Verser le sucre dans une casserole et le mouiller avec l’eau. Sur feu moyen, laisser cuire à frémissement jusqu’à obtenir un joli caramel doré.

Hors du feu, faire couler du caramel en filet sur le rouleau à pâtisserie avec une cuillère et le parsemer de fruits secs lorsqu’il est encore chaud.

Sur la feuille de papier sulfurisé, amusez-vous à faire quelques gouttes de caramel, des rosaces, ou toute autre forme qui vous passe par la tête.

La crème fouettée:

  • 20 cl de crème entière liquide
  • 4 càs de sucre glace
  • 1/2 gousse de vanille

Mélanger la crème et les grains de vanille et réserver au frais. Lorsqu’elle est bien froide, monter la crème au batteur. Quand elle commence à avoir une consistance assez épaisse, ajouter le sucre glace tamisé.

Mettre la crème dans une poche à douille, garnir les cupcakes et décorer avec le caramel croustillant.

L'ailleurs·La Boulange·Le Sucré

Brioches à la cannelle (Kanelbullar)

IMG_3629

Kanelbullar: c’est le petit nom de cette brioche d’origine Suédoise.  Vous aimez la brioche? Vous aimez la cannelle? Alors vous aimez sans aucun doute les kanelbullar! Le moelleux, le parfum, tout est réuni pour un pur moment de gourmandise. Vous sentez l’odeur qui envahi la cuisine? Vous entendez les « Hmmm » des enfants lorsqu’ils franchissent la porte en rentrant de l’école? Pas encore? Ca ne va pas tarder.

La recette: (pour une dizaine de gros kanelbullar)

La pâte à brioche:

  • 500 g de farine
  • 25 cl de lait
  • 60 g de sucre blond
  • 18 g de levure fraîche
  • 80 g de beurre
  • 1 oeuf
  • 1 pincée de sel
  • 1 càc de cardamome moulue (facultatif)

La garniture:

  • 70 g de cassonade
  • 2 càc de cannelle
  • 40 g de beurre

La dorure:

  • 1 oeuf
  • 1 càs de lait

Faire tiédir le lait au micro-ondes quelques secondes, ajouter la levure émiettée et 1 càc de sucre. Mélanger et laisser reposer 15 minutes.

Dans le bol du robot, verser la farine, le reste de sucre et le sel (et la cardamome si vous choisissez d’en mettre). Mélanger avec la feuille et verser le mélange lait/levure, tout en mélangeant. Laisser tourner quelques minutes.

Installer le crochet pétrisseur du robot, ajouter l’oeuf battu et pétrir pendant quelques minutes.

Enfin, ajouter le beurre ramolli coupé en morceaux et pétrir encore jusqu’à ce que la pâte soit bien lisse et se décolle parfaitement des parois du bol.

Former une boule, couvrir d’un linge et laisser reposer la pâte à température ambiante pendant 3/4 d’heure-1 heure.

 ***********

Préchauffer le four à 170°C.

Mélanger au fouet la cassonade, la cannelle et le beurre ramolli jusqu’à obtenir une sorte de pâte à tartiner.

Sur le plan de travail fariné, étaler la pâte en rectangle assez grand, le côté le plus large face à vous.

Répartir la pâte beurre/cannelle sur toute la surface de la pâte à brioche avec une spatule.

Rouler la pâte sur elle-même pour former un boudin bien serré, et souder les extrémités avec les doigts.

Avec un couteau, couper ce boudin en bais, successivement à droite et à gauche.

Poser les brioches sur une plaque recouverte de papier sulfurisé (en les espaçant pour ne pas qu’elles se touchent à la cuisson), et les dorer au pinceau avec l’oeuf battu mélangé au lait.

Enfourner pour 20 minutes environ, en surveillant. Personnellement, je les ai cuit 10 minutes à 170°C puis 10 minutes à 150°C.

Voilà, c’est prêt… Vous pouvez les manger encore un peu tièdes, c’est encore meilleur, et les conserver jusqu’au lendemain dans un sac congélation fermé. Vous pouvez aussi les congeler sans problème.  Comme pour les Hot Cross Buns, un petit passage au micro-ondes pendant quelques secondes à puissance moyenne leur rendra saveur et moelleux.

Le Sucré

Roulé à la mousse pralinoise

IMG_3611

Le mercredi, c’est le jour des enfants, non? Après avoir fait maintes tentatives (pas toujours fructueuses…) pour leur faire avaler quelques légumes, voici venu le moment de leur faire plaisir. Très plaisir même, avec ce roulé extra gourmand à la mousse pralinoise. Etant donné que je n’ai pas lésiné sur les quantités, vous pourrez même inviter quelques copains à venir le partager, à moins que je vous ne préfériez vous charger de cette difficile mission. Quoiqu’il en soit, déguster le rapidement, car la mousse ne se conserve pas très longtemps.

La recette:

Pour la mousse pralinoise:

  • 3oeufs
  • 150 g de pralinoise
  • 8 crêpes dentelle (facultatif)
  • 1 càc de cacao en poudre non sucré
  • 1 càs de sucre glace

Séparer les blancs des jaunes et monter les blancs en neige avec une pincée de sel, et ajouter le sucre glace à mi-parcours.

Mettre les crêpes dentelle dans un sac congélation, et les réduire en miettes avec un rouleau à pâtisserie.

Pendant ce temps, faire fondre la pralinoise au bain-marie. Hors du feu, ajouter les jaunes un à un en mélangeant bien à chaque fois.

Incorporer les blancs en neige délicatement, puis les crêpes dentelle et le cacao pour rehausser la couleur.

Réserver au frais.

 

Pour la génoise:

  • 4 oeufs
  • 125 g de farine
  • 125 g de sucre
  • 10 cl de lait

Monter les blancs en neige bien fermes avec une pincée de sel.

Mélanger les jaunes avec le sucre. Ajouter la farine tamisée progressivement en remuant puis ajouter le lait petit à petit.

Incorporer les blancs en neige doucement pour ne pas les faire tomber.

Préchauffer le four à 175°C. Sur une plaque (30X40 cm) recouverte de papier sulfurisé, verser la préparation et l’étaler le plus régulièrement possible avec une spatule. Enfourner pour 15 minutes.

Etaler du papier sulfurisé sur le plan de travail. Sortir la génoise, et la  laisser refroidir quelques minutes. Avec son papier, la retourner sur la deuxième feuille. Retirer le papier sulfurisé du dessus, et attendre quelques minutes avant de garnir avec la mousse. Lisser à la spatule et rouler la génoise bien serrée.

« Les enfants, c’est l’heure du goûter… »

L'ailleurs·La Boulange·Le Sucré

Hot cross buns, petites brioches à la cannelle

photo (9)

Tout droit venus d’outre-Manche, les hot cross buns sont de petites brioches aux épices et aux raisins secs. Au Royaume-Uni, on les prépare pendant la période de Pâques. Ils doivent leur nom à la croix que l’on forme sur le dessus, soit au couteau avant la cuisson, mais plus traditionnellement avec deux fines bandes de pâte ( composée de farine, d’eau et de sucre).

Bien sûr, Pâques est encore loin, mais heureusement qu’on n’attend pas la Chandeleur pour manger des crêpes, ou Noël pour déguster un bon panettone…

Les Hot cross buns sont très faciles à préparer, et le goût de la cannelle est bien présent. Et pour ne rien gâcher, ils contiennent très peu de beurre et de sucre. Alors aucune raison de s’en priver!

La recette: 

Pour 6 buns:

  • 240 g de farine
  • 12 cl de lait tiède
  • 45 g de sucre
  • 15 g de beurre ramolli
  • 2 càc de levure sèche
  • 1 oeuf
  • 1 pincée de sel
  • 1/2 càc de cannelle
  • 1/2 càc de 4 épices
  • 75 g de raisins secs

Pour la dorure:

  • 1 oeuf battu avec 2 càs d’eau

Pour  le glaçage:

  • 1 càs de sucre et 2 càs d’eau chaude

Mélanger le lait tiède et la levure et laisser reposer 15 minutes.

Dans le bol du robot, mettre la farine, le sucre, le sel, les épices et les raisins et mélanger.

Faire un puits, et ajouter le lait et la levure et mélanger à nouveau.

Ajouter l’oeuf et le beurre ramolli et mélanger encore jusqu’à ce que les ingrédients soient bien amalgamés.

Poser la pâte sur le plan de travail fariné. Ajouter un peu de farine et pétrir à la main jusqu’à ce qu’à une consistance élastique et non collante.

Laisser gonfler la pâte 1h30 environ sous un linge.

Avec le poing, chasser l’air de la pâte, puis former un boudin et le couper en 6 morceaux.

Former des boules en les roulant entre la paume de la main et le plan de travail, puis les déposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Couvrir et laisser gonfler encore 30 min.

Préchauffer le four à 170°C. Dorer les brioches avec  le mélange d’eau et d’oeuf, et avec un couteau bien aiguisé faire des croix assez profondes sur le dessus (1 cm).

Enfourner pour 15 minutes, et badigeonner les buns avec le glaçage. Laisser refroidir sur une grille.

Les hot cross buns sont meilleurs quand ils sont tout frais. Mais si il vous en reste, couvrez-les de film alimentaire et au moment de les déguster, passez-les quelques secondes au micro-ondes à puissance moyenne. Ils redeviendront bien moelleux, et tous les arômes seront ravivés.

Le Léger·Le Sucré·Le Végétarien

Soupe fraîche pamplemousse-grenade au thé Rooibos

IMG_3383

J’ai récemment découvert le thé Rooibos, plus souvent appelé thé rouge, originaire d’Afrique du Sud. J’ai été séduite par sa couleur prononcée, et surtout par le fait que ce n’est pas du thé, puisqu’il fait partie de la famille des acacias. Du coup, cette boisson ne contient pas de théine, et on peut en boire autant qu’on veut, à tout moment de la journée. On lui prêterait des vertus anti-oxydantes, en plus de soulager les coliques ou encore l’eczéma, alors pourquoi s’en priver?

Après les fêtes, j’avais envie de fraîcheur et de vitamines. Le pamplemousse et la grenade, tous deux très riches en vitamine C et en anti-oxydants, donnent une belle harmonie de couleur à cette soupe fraîche pleine de peps… Pas de grande recette, juste une petite cure de jouvence, et un petit coup de fouet pour nos organismes fatigués….

J’ai simplement fait bouillir de l’eau, dans laquelle j’ai infusé 2 càc de Rooibos, avec 2 càs de miel d’acacia ( mon préféré…). J’ai filtré et j’ai laissé refroidir. Puis j’ai découpé des suprêmes de pamplemousse, prélever les grains de la grenade. On dispose le tout dans une assiette creuse ou une verrine et on arrose d’un peu de thé rouge.

C’est frais, vitaminé, et ça fait du BIEN!

Le Sucré

Cookies pralin-tonka

IMG_3282

L’heure du goûter approche, et aujourd’hui les enfants ont invité des petits copains après l’école. Il me faut vite revêtir mon tablier et mettre les mains dans la pâte. Pas envie de faire le sempiternel gâteau au chocolat. Alors je vais faire des cookies, qui comme souvent, au fil de la recette, vont se voir ajouter quelques ingrédients imprévus. Au moment où je vous parle, la pâte refroidit gentiment dans le frigo (serait-ce la clé du succès?), mais quelque chose me dit que ces cookies vont réduire à néant la promesse que je m’étais faite de ne pas y toucher…

En deux mots, ce sont des cookies aux pépites de chocolat, dans lesquels j’ai pris la liberté de rajouter 2-3 petites choses: des flocons d’avoine, du pralin et de la fève tonka… A nos casseroles…

La recette pour 15 petits cookies:

  • 150 g de farine
  • 100 g de flocons d’avoine
  • 100 g de cassonade
  • 115 g de beurre ramolli
  • 100g de chocolat noir haché grossièrement
  • 1 càc rase de levure chimique
  • 1 pincée de bicarbonate de soude
  • 1 oeuf
  • 100 ml de lait
  • 2 càs de pralin
  • de la fève tonka râpée ( un peu moins d’une demie ici, à adapter selon les goûts)

Dans un saladier, mélanger ensemble la farine, les flocons d’avoine, le bicarbonate de soude et la levure.

Dans un autre récipient, mélanger le sucre et le beurre ramolli, jusqu’à ce que le mélange soit crémeux. Ajouter l’oeuf et bien mélanger. Ajouter le chocolat et le pralin. Râper la fève tonka au-dessus de la préparation et mélanger à nouveau.

Ajouter la farine et les flocons d’avoine à cette préparation, puis le lait et mélanger soigneusement.

Verser la pâte sur du film alimentaire, et former un rectangle de 2 cm d’épaisseur. Refermer le film autour de la pâte, lisser pour obtenir un rectangle aussi régulier que possible.

Placer au réfrigérateur pour 1 heure minimum.

Faire chauffer le four à 175°C.

Sortir le rectangle du film alimentaire, et couper des carrés réguliers dans la pâte. Former des boules régulières avec chaque carré de pâte, et les déposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, en les espaçant bien.

Cuire 15 min environ, jusqu’à ce que les bords commencent à dorer, et attendre quelques minutes avant de les réserver sur une grille.

Le Sucré

Cheesecake vanille-tonka

Cheesecake vanille-tonka

Avant d’y avoir goûté, je n’étais pas très attirée par ce gâteau ni vraiment salé, ni vraiment sucré, à la consistance que j’imaginais… bizarre. Et j’aurais peut-être dû m’en tenir à cet a priori, ce qui m’aurait éviter d’en faire et d’en refaire, d’en manger une part, puis deux, puis trois, jusqu’à épuisement du stock!!!

La vérité, c’est que le cheesecake, je n’y résiste pas, je l’aime, je l’adore, autant qu’il aime mes hanches!!! C’est pas grave, je le garde quand même, mais je fais en sorte de ne pas penser à lui trop souvent.

Celui-ci est une première pour moi, car il est composé de fève tonka, cette fève si célèbre mais dont j’ignorais jusque-là les saveurs. C’est grâce à Marie, et son superbe cheesecake (ici) que, n’y tenant plus, je me suis mise en quête de la précieuse fève.

Et voici comment j’ai adapté la recette, version brut, car pour moi le cheesecake c’est nature, sans coulis, sans pépites, sans artifices…

Merci Marie pour cette belle découverte!

A nos casseroles…

La recette:

  • 100 g de biscuits « Digestive »
  • 100 g de spéculoos
  • 75 g de beurre salé
  • 3 oeufs
  • 150 g de sucre
  • 600 g de philadelphia
  • 100 g de crème liquide
  • les grains d’une gousse de vanille
  • le zeste d’un citron bio
  • 1/2 fève tonka râpée

Mixer finement les biscuits et y ajouter le beurre fondu. Mélanger et tapisser un moule à bords hauts (si vous aimer le cheesecake épais comme ici) préalablement beurré. Faire remonter les biscuits sur les parois, et tasser avec une cuillère à soupe, et mettre au frais le temps de préparer l’appareil.

Personnellement, je réalise le mélange au robot , je trouve qu’on y gagne en onctuosité.

Dans le bol du robot, battre les oeufs avec le sucre pendant 1 à 2 minutes, ajouter le philadelphia, la crème liquide, le zeste du citron, les grains de vanille et la demie fève tonka râpée. Continuer à mélanger quelques minutes jusqu’à ce que le mélange soit bien lisse.

Préchauffer le four à 170°C. Verser la préparation dans le moule et enfourner pour 1 heure. Le gâteau doit rester clair, et légèrement tremblotant au milieu à la fin de la cuisson. Laisser refroidir dans le four éteint, puis mettre le cheesecake au frais. Attendre le lendemain pour déguster, dans la mesure du possible…Il n’en sera que meilleur!

Le Sucré

Tiramisu aux fruits de la passion

Tiramisu PassionLe tiramisu est un de mes desserts préférés, et il présente l’avantage de pouvoir se décliner à l’infini ou presque: au café bien sûr, mais aussi aux fruits rouges, à la crème de marrons, à la banane, à la mangue etc…

Pour un tiramisu encore plus exotique, j’ai choisi du fruit de la passion. La douceur du mascarpone et l’acidité du fruit de la passion s’équilibre à merveille, dans ce dessert facile, rapide, et disons-le, délicieux!  A nos casseroles…

La recette:

Pour 4 belles verrines:

  • 8 biscuits roses de Reims
  • 6 fruits de la passion bien mûrs (la peau doit être un peu fripée)
  • 250 g de mascarpone
  • 60 g de sucre
  • 2 oeufs
  • 30 g de sucre (facultatif) si l’acidité des fruits est trop prononcée
  • du jus de fruit de la passion ou à défaut du jus de fruits exotiques ou de mangue

Couper les fruits en deux et récupérer la chair dans un bol.  Si les fruits sont trop acides, ajouter 30 g de sucre.

Séparer les blancs des jaunes. Monter les blancs en neige bien fermes avec un pincée de sel.

Blanchir les jaunes avec 60 g de sucre, puis ajouter le mascarpone.

Incorporer délicatement les blancs en neige et réserver au frais une heure.

Dresser ensuite les verrines: couper les biscuits en deux, et les tremper rapidement dans le jus de fruit. Disposer deux morceaux de biscuit dans le fond de la verrine, puis une couche de mascarpone et du fruit de la passion. Renouveler l’opération en terminant par du fruit de la passion.

Réserver au frais 2 bonnes heures avant de servir.

Le Sucré

Bombe glacée marron-choco, coeur de meringue.

photo (2)

Les fêtes de Noël arrivent à grands pas, et il va falloir manger, manger, manger… Non, je me m’en plains pas, gourmande que je suis. Mais je dois avouer que j’ai parfois du mal, la panse bien arrondie, à affronter le dessert, le soir du Réveillon. Pourtant, il est hors de question de se priver d’une petite douceur, le jour où tout est permis… La solution: un petit dessert glacé où se conjuguent le crémeux de la glace aux marrons, le fondant de la meringue, et le croquant du pralin…Le tout nappé d’une sauce tiède au chocolat…hummm…! A nos casseroles…

La recette:

Glace aux marrons glacés:

  •  50 cl de lait
  • 70 g de sucre
  • 4 jaunes d’oeuf (garder au moins 2 blancs pour réaliser les meringues)
  • 300 g de crème de marrons
  • 80 g de brisures de marrons glacés

Porter à ébullition le lait et la moitié du sucre.

Blanchir les jaunes d’oeuf avec le reste de sucre.

Verser une petite quantité de lait bouillant sur les oeufs blanchis, et fouetter vivement pour éviter qu’ils ne cuisent.

Continuer à verser le lait par petites quantités, sans cesser de remuer.

Remettre la préparation sur feu doux, en remuant avec une spatule en bois, jusqu’à ce que le mélange épaississe et nappe la cuillère.

Retirer du feu, laisser refroidir 15 minutes et ajouter la crème de marrons.

Mettre au frais pendant 1 à 2 heures, et mettre en sorbetière pour 30 min. Ajouter les brisures de marrons 10 min avant la fin.

Entreposer au congélateur pour 24 heures au moins.

Les meringues.

  • 2 blancs d’oeuf
  • 1 pincée de sel
  • 50 g de sucre semoule (en trois X)
  • 50 g de sucre glace ( à la fin)

Dans le bol du robot, monter les blancs en neige avec la pincée de sel jusqu’à ce qu’ils soient bien fermes

Incorporer le sucre semoule en trois fois. Continuer à fouetter pendant 2 minutes.

Ajouter alors le sucre glace et fouetter encore 2 minutes.

Avec une poche à douille, former des petites meringues sur une plaque de papier sulfurisé et enfourner à 120°C pour 1 heure.

Laisser-les refroidir dans le four entrouvert pour évacuer l’humidité.

Conserver les meringues dans une boîte hermétique. Elles se gardent sans problème 2 à 3 semaines.

La veille de votre repas:

Sortir la glace 10 min avant de garnir de petits bols à la moitié.

Enfoncer une meringue dans la glace, puis recouvrir de glace jusqu’en haut du bol.

Remettre au congélateur.

Le jour J:

Sauce chocolat

  • 70 de chocolat pâtissier
  • 75 ml de lait

Faire fondre le chocolat dans le lait sur feu très doux, sans cesser de remuer.

Au moment du dressage, tremper le bol de glace dans l’eau chaude. Démouler sur une assiette. Verser la sauce au chocolat, parsemer d’une bonne pincée de pralin, et ajouter la poudre de meringue (juste quelques meringues écrasées). Déguster sans attendre.